Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Images de la rentrée: David Heatley a « le cerveau sens dessus dessous »

20 août 2009 |

Le label Outsider des éditions Delcourt s’enrichit d’une nouvelle perle en cette rentrée 2009: J’ai le cerveau sens dessus dessous de David Heatley, un des derniers petits bijoux de la scène indépendante américaine.

jai_le_cerveau_sens_dessus_dessous_couv.jpgDans ce roman graphique de près de 130 pages, David Heatley raconte, sans détour et sur le ton de l’anecdote, sa vie intime au cours de cinq chapitres intitulés « Sexe », « Race », « Maman », « Papa », et « Famille », comme autant de zones d’un cerveau qu’il pense déséquilibré (My brain is hanging upside down clame le titre en version originale). Le tout dans de toutes petites cases et un rythme évoquant certaines bandes dessinées de Chris Ware.

Une véritable psychanalyse dessinée: l’auteur de 35 ans retranscrit ainsi ses rêves tordus, évoque sa sexualité enfantine et plus tard son addiction au sexe, ses relations avec les noirs, la généalogie familiale, la naissance de ses enfants, etc. Egocentrées mais jamais pénibles, ses petites histoires quotidiennes brossent un portrait étonnant d’un artiste qui a visiblement beaucoup réfléchi à son parcours et sa propre personnalité, et à la façon de les mettre en scène. Rien n’est gratuit, rien n’est artificiel: les tranches de vie qu’il présente sont autant de pièces du puzzle de son cerveau.

En attendant de découvrir ce petit bijou touffu (son seul livre à ce jour, hormis deux comics), vous pouvez aller faire un tour sur son site: davidheatley.com

J’ai le cerveau sens dessus dessous. Par David Heatley. Delcourt, 32,50 €, le 9 septembre 2009.
Commandez-le sur Amazon.fr

jai_le_cerveau_sens_dessus_dessous_image.jpg

Commentaires

  1. Morgan

    Et pas un mot sur l’ignoble censure ? Tous ces rectangle rose sur les sexes ? De qui ça vient? Ca n’est pas dans la version américaine. C’est Delcourt qui a fait ça? C’est un crime. J’aurai acheté le bouquin sans ça mais là, c’est impossible.

  2. Morgan

    Et pas un mot sur l’ignoble censure ? Tous ces rectangle rose sur les sexes ? De qui ça vient? Ca n’est pas dans la version américaine. C’est Delcourt qui a fait ça? C’est un crime. J’aurai acheté le bouquin sans ça mais là, c’est impossible.

  3. Cher Morgan, la « censure » ne vient pas de Delcourt. Vincent Bernière, éditeur responsable de la collection Outsider, vient de me fournir l’explication.
    Ces petits carrés rose fluo ont été ajoutés par l’auteur lui-même peu de temps avant la publication de son ouvrage aux USA chez Pantheon. Et pas à cause d’une pression de l’éditeur, mais bien en raison d’un choix artistique.
    Si vous lisez l’anglais, vous pouvez aller voir sur le blog de David Heatley ses explications: http://davidheatley.com/blog/?p=28. Il précise que, si au départ il a bien dessiné tous les sexes masculins de façon explicite, il a préféré ajouter des rectangles roses dessus pour bien appuyer le fait que son histoire n’était PAS EROTIQUE (contrairement à ce qu’ont cru certains lecteurs excités). « Je voulais atténuer l’aspect pornographique de mes strips (…) et je trouvais que ces petits carrés rose étaient amusants. Ils attiraient l’attention sur eux et ajoutaient une nouvelle couche narrative à ma BD. »
    En espérant que ces explications vous feront changer d’avis: « J’ai le cerveau sens dessus dessous » mérite totalement un achat.

  4. Cher Morgan, la « censure » ne vient pas de Delcourt. Vincent Bernière, éditeur responsable de la collection Outsider, vient de me fournir l’explication.
    Ces petits carrés rose fluo ont été ajoutés par l’auteur lui-même peu de temps avant la publication de son ouvrage aux USA chez Pantheon. Et pas à cause d’une pression de l’éditeur, mais bien en raison d’un choix artistique.
    Si vous lisez l’anglais, vous pouvez aller voir sur le blog de David Heatley ses explications: http://davidheatley.com/blog/?p=28. Il précise que, si au départ il a bien dessiné tous les sexes masculins de façon explicite, il a préféré ajouter des rectangles roses dessus pour bien appuyer le fait que son histoire n’était PAS EROTIQUE (contrairement à ce qu’ont cru certains lecteurs excités). « Je voulais atténuer l’aspect pornographique de mes strips (…) et je trouvais que ces petits carrés rose étaient amusants. Ils attiraient l’attention sur eux et ajoutaient une nouvelle couche narrative à ma BD. »
    En espérant que ces explications vous feront changer d’avis: « J’ai le cerveau sens dessus dessous » mérite totalement un achat.

Publiez un commentaire