Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 12, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Iris, deux fois

16 mars 2021 |
SERIE
Iris, deux fois
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
03/02/2021
EAN
2377315585
Achat :

iris-deux-fois-image1 D’un côté, Iris est une romancière à succès, pressentie pour un prestigieux prix littéraire automnal, mariée à un éditeur brillant. La belle vie du côté de Sain-Germain-des-prés, mais avec des angoisses de page blanche et de légitimité. De l’autre côté, même visage et même prénom, une autre Iris. Vendeuse dans la librairie d’un espace culturel Leclerc, mariée à un alcoolique dégueulasse, et mère d’un enfant handicapé léger. Une vie morne en province, voire un enfer, sans perspective, à part celle de tout plaquer ou d’écrire en secret. Double personnalité ? Rêve de l’une, cauchemar de l’autre ? Univers parallèle ? Ou plutôt, l’Iris à la vie triste pourrait être celle qui a fait les mauvais choix, n’a pas plaqué l’alcoolique au bon moment. Ou alors…

L’idée de cet album est séduisante, vertigineuse. En faisant des allers-retours entre chacune des deux Iris, et surtout en faisant se croiser leurs univers (l’écrivaine rêve de l’autre), la scénariste Anne-Laure Reboul distille un sentiment de malaise et de confusion, très maîtrisé. En effet, jusqu’au bout, le lecteur ne saura sur quel pied danser, pourra interpréter le scénario côté psychologique ou côté fantastique. C’est malin et risqué. Car on attend un peu une réponse, un rebondissement ou une porte de sortie. Tant pis, on s’en passera.

Reste alors l‘ambiance, pesante et angoissante, entre l’écrivaine qui disjoncte et la libraire qui s’enlise, parfaitement mise en forme par les dessins de Naomi Reboul, au trait sobre et à la mise en couleurs étudiée dans des gammes douces ou ternes. Néanmoins, la caricature poussée des deux parcours (Paris VS province, champagne et cocaïne VS litron de rouge au peti-déj, librairies du 6e VS supermarché…) finit par gêner un peu. Et l’album ressemble un peu trop à un scénario de court-métrage (avec sa chute cynique ou ironique) qui n’aurait pas trouvé producteur.

Iris, deux fois recèle donc une idée prometteuse, mais s’empêtre parfois dans ses propres ressorts. En demeure une expérience sensorielle troublante et originale, à essayer au moins une fois.

iris-deux-fois-image2

Publiez un commentaire