Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La Dernière Femme *

6 septembre 2012 |

femme_couvpicto-critique-V3-1Par Charles Masson. Casterman, 15€, le 29 août 2012.

Homme mûr mais pas encore blet, Albert roule de l’Allemagne vers la France, dans une voiture chic. Il prend en stop le jeune Al et lui raconte sa vie — alors que le garçon n’en demandait pas tant.

L.10EBBN001644.N001_DernFEMME_Ip001p192_FRTout en gobant des pilules suspectes, le conducteur égrène les femmes de sa vie. Près de trente aventures rarement platoniques, qui suivent un schéma précis : Albert a voulu rapprocher sa vie sentimentale d’une oeuvre de l’OuLiPo, égrenant l’alphabet avec la première lettre des prénoms de ses maîtresses…

Auteur du puissant Droit du sol (auquel il fait un amusant clin d’oeil auto-promotionnel) et de Soupe froide, Charles Masson s’égare ici dans un portrait peu captivant, dessiné de façon pourtant fluide et agréable. Les ficelles sont assez épaisses : dès les premières pages, on devine que le passager embarqué par le héros n’est que son reflet imaginaire, plus jeune. Assez détestable, le personnage d’Albert (un comptable mesquin, éjaculateur précoce et plutôt satisfait de lui-même) évolue trop peu, trop lentement. L’homme — qui a été « un vieux con très jeune » selon ses propres mots — énumère complaisamment ses conquêtes et prouesses (ou faillites) sexuelles, met en avant ses failles sans vraiment les expliquer — le passé psychiatrique de sa mère est aussitôt abordé, aussitôt évacué. Résultat, on s’intéresse bien difficilement à ce protagoniste peu reluisant. Au final vaguement ennuyeux.

L.10EBBN001644.N001_DernFEMME_Ip001p192_FR

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

 

Publiez un commentaire