Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La Parodie

10 septembre 2015 |
SERIE
La Parodie
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
12 €
DATE DE SORTIE
10/07/2015
EAN
2803635550
Achat :

Un clan de Vikings qui ressemble à un groupe bien connu d’irréductibles bretons ou au clan d’un album de Thorgal – en version déjantée – élève un enfant trouvé, Thoraxe. Initié aux rites de ces habitants un peu fous et fainéants, il joue au barde et tombe amoureux de la belle Aarissa : il a tout du grand dadais ! Et puis, un amnésique, tatoué d’un XIII et demi dans le dos, mais vaillant, courageux et charmeur, débarque et vient troubler la vie tranquille de ce village… qui n’a qu’une idée en tête, le ramener chez lui !

la_parodie_imageMichel Rodrigue, qui a repris récemment les aventures de Cubitus, nous propose une parodie de ses bandes dessinées fétiches. Axé autour de deux mondes principaux, celui de Thorgal et de XIII, on ne compte pas les références aux séries à succès : d’Astérix à Blacksad, des Schtroumpfs à Djinn, de Tintin à Corto Maltese… sans oublier les allusions cinématographiques à Star Wars et au Seigneur des anneaux.

L’ensemble est peu concluant. L’idée, déjà, laisse dubitatif : pourquoi un album qui parodie les grands succès de la BD ? C’est un fourre-tout mêlant des références par milliers sans en exploiter aucune, ou si peu. Peut-on prendre du plaisir à croiser les Shtroumpfs dans le même album que Blake et Mortimer ? À quoi bon parachuter là un Dark Vador, personnage qui, faut-il le préciser, n’a rien à voir avec la bande dessinée ? L’histoire est faible, les gags font peine, le trait laisse perplexe : s’il reprend à s’y méprendre les principes des albums d’Astérix et Obélix, mêlant planches épiques et cases plus comiques, l’ensemble manque d’élégance, de savoir-faire, et ce ne sont pas les couleurs criardes qui hausseront le niveau.

La parodie est un art difficile ; cet album, s’il le fallait, le prouve par son peu de brio. Ce qui prévaut par-dessus tout c’est le peu d’intérêt suscité par cette histoire. On peut donc passer son chemin et aller retrouver ses héros préférés dans les albums originaux.

 

 

Publiez un commentaire