Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

3 Comments

Les + du blog : LE RIRE DE TINTIN 4/5

16 juin 2006 |

Tintin.Sydney.jpg

Vol 714 pour Sydney, page 7, case 11 © Hergé/Moulinsart, 2006.

CONTRE LA MALBOUFFE, DÉJÀ…
Pour une raison que nous ignorons, l’industrie alimentaire semble avoir été, elle aussi, dans le collimateur d’Hergé. Si les usines soviétiques n’étaient que trompe-l’œil, les fabriques américaines, elles, sont présentées sous un jour qui ne peut inspirer qu’un profond dégoût. Rappelez-vous les ouvriers des conserveries Slift expliquant pourquoi ils ont voté la grève : « La direction a baissé les prix auxquels on nous rachetait les chiens, les chats et les rats qui servaient à fabriquer le pâté de lièvre. » (Tintin en Amérique, p. 54.) Cette scène a peut-être été inspirée à Hergé par le roman à succès et à scandale d’Upton Sinclair, La Jungle (1906), saisissante dénonciation des conditions sociales et sanitaires en vigueur aux abattoirs de Chicago, où l’on découvrait avec effroi que même les ouvriers tombés dans les malaxeurs géants du Beef Trust étaient transformés en corned beef…

En tout cas, Hergé revient sur les méfaits de l’alimentation industrielle dans Vol 714 pour Sydney, où les propriétés du Sani-Cola, cette « boisson très saine, à la chlorophylle », sont éloquemment démontrées, un verre suffisant à faire dépérir une plante en quelques secondes.

Tintin.vol.714.jpg

Vol 714 pour Sydney, page 7, case 12 © Hergé/Moulinsart, 2006.

Hergé ne dédaigne pas non plus de dénoncer certains travers qu’il semble tenir pour largement partagés par les hommes et les femmes des temps modernes. Les petits arrangements avec la conscience, quand l’intérêt ou le plaisir sont en jeu, sont clairement mis en accusation dans cette séquence de Coke en stock où les invités embarqués à bord du yacht de Rastapopoulos (des vedettes, des aristocrates, des membres de ce que l’on appelle aujourd’hui la jet set) se montrent peu regardants sur le passé, réputé chargé, de celui qui se fait appeler le marquis di Gorgonzola, du moment qu’ils profitent de ses largesses.

L’alliance de la cupidité et de la malhonnêteté est encore plus nette dans Le Trésor de Rackham le Rouge, quand la parution d’un simple entrefilet dans le journal fait accourir la meute des prétendants au trésor, le palier de Tintin étant envahi par les soi-disant descendants du pirate, qui sont autant d’usurpateurs. « Avez-vous songé aux requins ? », demandera Tournesol un instant plus tard, ignorant que Haddock les a déjà mis en fuite.

SUITE : Exaspéré par la foule, tendre avec les petites gens


Le Rire de Tintin, essai sur le comique hergéen
, par Thierry Groensteen, © Hergé/Moulinsart, 2006.

(Image : Vol 714 pour Sydney, page 7, case 3 (détail) © Hergé/Moulinsart, 2006)

Lire les autres dossiers : 1/5, 2/5, 3/5, 5/5

Tags

Commentaires

  1. le papa de boule et bill est mort?

  2. Oui, mercredi dernier.
    Nous venons de mettre en ligne la longue interview qu’il nous avait donnée en novembre 2001. il racontait comment il passait la main à Laurent Verron. Et celui-ci nous confiait sa fierté… et ses angoisses !

  3. faudrait mettre un hommage dans votre blog pour ce regrtté dessinateur?……

Publiez un commentaire