Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les Indes fourbes

29 août 2019 |
SERIE
Les Indes fourbes
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
34.90 €
DATE DE SORTIE
28/08/2019
EAN
2756035734
Achat :

Voici la vie de Pablos de Ségovie, un « gueux » tel qu’il se définit lui-même, escroc à la petite semaine, fainéant né, mais beau parleur et doté d’un instinct de survie hors du commun. Dans le Nouveau Monde colonisé par les Espagnols, il va se frayer un chemin entre bandits, inquisiteurs, nobles, esclaves africains, natifs, et autres négociants, en quête de richesse et de reconnaissance. Jusqu’à mettre la main sur la carte du légendaire Eldorado. Reste à convaincre un fortuné et audacieux aventurier de l’accompagner dans cette périlleuse entreprise…

les-indes-fourbes-image1 On attendant énormément de l’association du scénariste de De Cape et de crocs et du dessinateur de Blacksad. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on n’est pas déçu. Alain Ayroles compose une histoire truculente et addictive, et Juanjo Guarnido délaisse ses figures animalières pour peindre une aventure trépidante de toute beauté, réaliste dans ses décors et détails, caricatural juste ce qu’il faut dans les visages. Ensemble, ils offrent une bande dessinée hors norme, saga de 160 pages aux multiples rebondissements, magnifiée par une édition en très grand format. L’idée de départ était déjà alléchante : donner une suite à un classique du roman picaresque espagnol, El Buscón, sorte de Don Quichotte en Amérique latine, pimentée par une improbable quête de l’or inca. Le résultat est on ne peut plus succulent, car au fil de ses trois chapitres, l’album balade littéralement – et dans tous les sens – le lecteur, et surtout sans jamais le perdre. C’est là le talent des grands conteurs : construire un monde palpable, laisser son spectateur vivre à l’intérieur, puis démonter les artifices pour lui laisser entrevoir l’architecture cachée (à son plus grand ravissement), avant encore de le surprendre en dévoilant une nouvelle facette (le ravissement devient alors extase complice).

Le plus fourbe dans l’histoire, ce n’est peut-être pas Pablos – qu’on aime et qu’on déteste avec le même enthousiasme –, mais bien ce duo d’auteurs au sommet de leur art. Ayroles avec ses mots ciselés et son scénario riche en surprises jusque dans les dernières instants, Guarnido avec ses aquarelles vibrantes, dans lesquels on sent à chaque page le crottin des lamas comme le parfum des dames de cour, le vent des Andes comme la moiteur de la jungle. Les Indes fourbes est un immense plaisir de lecture grand public, comme bien rarement en bande dessinée. Et qui se laissera lire et relire à l’envi avec, sans aucun doute, le même bonheur.

les-indes-fourbes-image2

Publiez un commentaire