Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sara et les contes perdus #1-4 ***

20 décembre 2012 |

picto-critique-V3-3sara_et_les_contes_perdus_couvPar Jenny. Delcourt, 7,99€, le 24 octobre 2012.

Jenny n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir fait ses armes dans l’animation, l’auteure française s’est lancée dans sa véritable passion : la bande dessinée. Elle propose en 2006 son projet Pink Diary, qui est rapidement accepté et publié par Delcourt. C’est un succès. La série dure deux ans et 8 volumes. Après une incursion dans le monde de la BD franco-belge avec Mathilde (5 tomes en couleurs produits en deux ans), elle revient à son style favori : le petit format noir et blanc à forte pagination (environ 170 pages) très proche des mangas. Avec pas moins de 17 volumes en seulement 6 ans, quelle efficacité !

sara_et_les_contes_perdus_image1Elle nous propose ici une série qui lui trotte dans la tête depuis ses 14 ans. Son héroïne, Sara, a sensiblement le même âge, passe beaucoup de temps avec ses copines et rêve de prince charmant ! Mais voilà, un jour, en ouvrant un livre dans la librairie de sa maman, elle libère les personnages des contes classiques. Et se trouve donc investie d’une mission : ramener tous ces individus dans le livre, pour qu’ils puissent continuer à fasciner les enfants du monde entier.

En rendant hommage aux contes du patrimoine mondial, aux récits de magical girls japonais tels que Sailor Moon ou Card Captor Sakura, Jenny offre un récit frais, distrayant et plutôt prenant. Elle tisse sa série par petites touches d’humour et d’action, avec une dose de bons sentiments. La magie, le quotidien et le ton léger auront vite fait de vous accrocher. L’histoire prend corps progressivement et, à partir du troisième volume, l’assise des personnages principaux est parfaite. Si le première partie (Blanche Neige et les sept nains) était assez classique, le deuxième arc narratif se révèle être une belle réussite. En prenant en compte sa vitesse de parution (un volume tous les 4 mois environ), les dessins, inspirés des productions japonaises, sont plus qu’honnêtes. Même si on regrette parfois le manque ou la simplicité des décors, on se trouve finalement dans la norme du shôjo manga. Ayant parfaitement adopté certains codes graphiques japonais, Jenny est à l’aise avec son trait et ne croule pas sous le poids de ses références. Elle compte faire de cette série la plus longue qu’elle n’ait jamais créée… Il ne reste donc plus qu’à vous y plonger pour rejoindre la jeune Sara qui tente de ressusciter les contes de votre enfance !

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

sara_et_les_contes_perdus_image2

Publiez un commentaire