Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Shinjuku Fever #1-2

24 novembre 2011 |
SERIE
Shinjuku Fever
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
6.95 €
DATE DE SORTIE
09/11/2011
EAN
2756026255
Achat :

2 volumes parus sur 10 – Série terminée au Japon)

Parmi les genres qui marchent le mieux dans le manga, il y a le sport bien entendu, mais aussi les jolies filles… et pourquoi pas les jolis garçons ! Seulement voilà : tout a déjà été fait dans le genre sportif, idem dans la romance… C’est un véritable dilemme pour l’auteure Mitsurou Kubo. Puis vient la bonne idée : pourquoi ne pas s’intéresser au seul sujet non traité par le genre sportif depuis plus de 20 ans, à savoir les supporters ? Mais comment alors parler d’amour sans tomber dans le cliché ? Pour parler aux jeunes, il faut un sujet sulfureux, d’actualité, et un lieu mythique, une sorte d’Hollywood nippon où s’échouent les rêves et les espoirs de nombreux aventuriers otakus. C’est décidé: notre auteure placera son intrigue au cœur de Shinjuku, LE quartier branché de la nuit tokyoïte !

shinjuku_fever_imageFuku est ainsi un lycéen digne héritier de la tradition Oendan. Autrement dit, il fait partie du club de supporters de son établissement. Tambour, drapeau, et même uniforme avec gants blancs, la passion de supporter se fait avec enthousiasme… et classe ! Fuku rêve d’en faire son métier dans un monde qui considère ce genre d’activité comme désuet… Puis vient sa rencontre avec l’ex-chef de son club, qui travaille désormais à Shinjuku, dans un « club de supporters pour femmes » !  Par un concours de circonstances incroyable, Fuku va rejoindre son idole et découvrir que celui-ci est effectivement le roi… de la nuit à Shinjuku ! Host vedette dans un club réputé, celui-ci va prendre notre naïf Fuku sous son aile afin d’en faire un vrai tombeur… professionnel.

Les Host Clubs ne sont pas officiellement des maisons closes au Japon. Ce sont des clubs privés parfois très chic où l’on vient passer un agréable moment en bonne et séduisante compagnie. Nul besoin d’être un apollon, il faut avoir du charme, de la conversation, voire… du cœur ! C’est ça finalement être « supporter pour femmes » selon l’idole de Fuku.

Pas de morale manichéenne dans ce drôle de cocktail qu’est Shinjuku Fever. Dans cette comédie à la fois sensible et sociale, personne ne juge personne et chacun vit sa vie du mieux qu’il peut. Ce manga est ainsi une véritable visite guidée des nuits branchées de Tokyo avec ses bars, ses arnaqueurs(cœurs), ses hosts, ces clients (pas forcément des losers d’ailleurs !) et même ses étudiantes en manque de fric qui, enfilant une robe moulante, deviennent le temps de quelques nuits les princesses anonymes d’un quartier mythique et sulfureux, parfois dangereux, mais toujours fascinant !

Kara

 

Publiez un commentaire