Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

"Tamara Drewe", un film piquant et bucolique de Stephen Frears

12 juillet 2010 |

« Elle est boudinée dans son short, elle va se choper une mycose… » Voilà le genre de commentaires que suscite Tamara Drewe lorsqu’elle arrive dans le village anglais de Stonefield. Cette jolie brunette au nez refait provoque la concupiscence des hommes et l’agacement des femmes, et va bientôt créer un beau bazar dans une communauté jusqu’ici à peu près tranquille.

TAMARA DREWEEn adaptant le roman graphique Tamara Drewe de Posy Simmonds (Denoël Graphic), Stephen FrearsChéri, The Queen, Dirty Pretty Things… – semble s’être fait plaisir, tout simplement. « Le scénario m’a fait rire, explique le cinéaste britannique. Je l’ai trouvé drôle, sexy et contemporain. (…) La BD est intelligente, fine, parle de choses qu’on connaît. » Cette « comédie pastorale », comme il la qualifie, se révèle tout aussi cruelle et amusante que son modèle dessiné.

On y trouve des personnages rapidement mais habilement campés, en tête desquels la fameuse Tamara. Incarnée par la piquante Gemma Arterton (récemment vue dans La Disparition d’Alice Creed, elle fut une James Bond girl malchanceuse dans Quantum of solace), celle par qui le scandale arrive n’est pas qu’une belle écervelée: sa plume affûtée lui permet de vivre du métier de journaliste, et son charme ravageur la venge d’une adolescence ingrate, vécue avec un visage affublé d’un pif démesuré – et depuis opéré.

Mais Stephen Frears ne s’appesantit pas sur la psychologie du personnage ; Tamara Drewe n’est là que pour jouer le rôle du chien dans un jeu de quilles à Stonefield. Car la bourgade est particulièrement paisible, au point que les jeunes qui  y vivent n’ont d’autre distraction que le lancer d’oeufs sur automobiles. Certains adultes semblent toutefois y trouver leur compte, comme le célèbre romancier Nicholas Hardiment (Roger Allam, parfait de dédain et de d’auto-complaisance) et sa fidèle épouse Beth Hardiment (Tamsin Greig). Le couple tient une résidence qui accueille les écrivains, le temps de la gestation de leur ouvrage.

TAMARA DREWEL’arrivée de Tamara – qui s’installe au village, dans la maison de sa mère – et ses frasques sentimentales (elle amène dans ses bagages une rockstar écervelée) met tout le monde en émoi. Ses formes agréables ne tardent pas à affoler Nicholas, qui trompe sa femme à tout va, sous l’oeil désapprobateur de l’auteur Glen McCreavy (Bill Camp, qui campe la maladresse avec finesse). Tandis que deux adolescentes (Charlotte Christie et la formidable Jessica Barden, qui vole la vedette au rôle-titre du film) fomentent un plan diabolique pour s’approprier le petit ami de Tamara…

Il faut avouer que l’on s’amuse probablement autant que le metteur en scène en regardant ce film bien ficelé et agréablement bavard, où l’on manie le verbe comme d’autres l’épée. Les acteurs sont justes, le rythme soigneusement calculé. Si elle ne restera pas dans les mémoires comme une oeuvre forte, au propos artistique original, Tamara Drewe s’inscrit dans la meilleure veine de la critique sociale comique de l’upper class britannique. Et se déguste comme un bonbon acidulé, laissant un goût de « revenez-y ».

Laurence Le Saux

TAMARA DREWE

————————————————————————

Tamara Drewe.
Film de Stephen Frears, d’après le roman graphique de Posy Simmonds (Denoël Graphic).
Avec Gemma Arterton, Dominic Cooper, Tamsin Greig, Bill Camp, Roger Allam, Luke Evans, Jessica Barden… Durée: 1h49.
En salles le 14 juillet 2010.

Photos © Diaphana.

Votez pour cet article

————————————————————————-

Commentaires

  1. Oliv'

    La bande annonce m’avait déjà donné bien envie de voir ce film, cette chronique renforce mon envie.
    Et pis n’hésitez pas à aller voir « la disparition d’Alice Creed » qui dans un autre genre nous montre que le cinéma anglais est bien vivant.

  2. Oliv'

    La bande annonce m’avait déjà donné bien envie de voir ce film, cette chronique renforce mon envie.
    Et pis n’hésitez pas à aller voir « la disparition d’Alice Creed » qui dans un autre genre nous montre que le cinéma anglais est bien vivant.

  3. Francis Pincemoi

    Il faut aussi aller voir le délicieux et trés drôle « Petits meurtres à l’anglaise »!!

  4. Francis Pincemoi

    Il faut aussi aller voir le délicieux et trés drôle « Petits meurtres à l’anglaise »!!

Publiez un commentaire