Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | June 18, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Vers la tempête

31 mai 2021 |
SERIE
Vers la tempête
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
25 €
DATE DE SORTIE
10/03/2021
EAN
2754827536
Achat :

Après un voyage pas totalement initiatique au Tibet, raconté dans Comment je ne suis pas devenu moine, Jean-Sébastien Bérubé est revenu à Rimouski, dans le giron familial québécois. L’y attendent le grand-père, patriarche autoritaire et patron de l’entreprise familiale, et son père, cassant et amer. Le voilà logé dans une colocation (choisie par le grand-père) avec la sympathique Jenny, et tentant d’avancer sur sa BD dans un bureau installé au sous-sol de la boîte de… son grand-père. Pour tenter d’enfin s’émanciper et accomplir quelque chose qui compte, le jeune homme décide de reprendre le karaté et de décrocher sa ceinture noire.

vers-la-tempete_image1L’autobiographie en bande dessinée est un exercice délicat, qui prend souvent des contours humoristiques ou un angle historique ou politique édifiant, ou un sujet médical ou intime fort. Rien de tout cela dans Vers la tempête, mais une vraie fresque familiale en même temps qu’un travail sur soi-même de l’auteur. Qui raconte sans fausse pudeur son manque de confiance en lui, sa dépression, ses relations avec ses parents et grands-parents, son rapport au karaté. Ainsi, on le voit supporter la vision archaïque du patriarche voulant dicter leur conduite et leurs désirs à tous ceux qui l’entourent ; constater la dérive de son père écrasé par son père à lui et cherchant un réconfort dans la religion ; fuir les angoisses profondes et le délire névrotique de sa mère ; et échouer à nouer des relations simples avec des filles et garçons de son âge. Comme un enfant maladroit, mais qui aurait déjà près de 30 ans. Si le début est un peu laborieux, l’album devient vite touchant. Car l’auteur n’élude rien de ses errances et de ses doutes, dans une mise en scène sobre et efficace au lavis noir et blanc, et surtout il raconte son rapport au karaté avec intelligence et douceur, entre ambition mentale et douleur physique, et comme un vecteur d’émancipation. Avec des passages bouleversants, irritants, longuets, ou pleins d’espoir, comme la vie, en somme.

vers-la-tempete_image2

Publiez un commentaire