Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 27, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Voleuse

11 février 2022 |
SERIE
Voleuse
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22 €
DATE DE SORTIE
02/02/2022
EAN
2377317812
Achat :

voleuse_image1 Un brin rebelle et pas très à l’aise dans le formatage du lycée, Ella profite de sa terminale pour vivre selon ses envies. Surtout que ses parents ont déménagé et l’ont installée seule dans un petit studio pour la laisser achever son année. Lors d’une soirée bien trop arrosée chez quelqu’un qu’elle ne connaît pas, Ella ne trouve pas les toilettes et aboutit dans une chambre recelant un placard aux mille trésors et babioles en tout genre. Le lendemain, elle se réveille chez elle – merci sa meilleure copine qui l’a larguée dans un VTC – entourée de ces objets qui ne lui appartiennent pas. Serait-elle devenue une voleuse ? Et voilà que sonne à la porte la fille sur qui elle a flashée, l’intrigante Madeleine ! Au secours !

Pour sa première BD au format roman graphique, Lucie Bryon (dessinatrice du tordant Mini-Maîtresse) se lance dans une belle fiction réaliste sur les adolescents, qui d’ailleurs constituent la cible prioritaire de l’album. S’appuyant sur un trio de filles épatantes et bien différentes (comment résister au duo Ella la pétillante/Leslie la grognon?), elle brosse à merveille ces soirées où on s’incruste, où on recroise des vieilles copines, où on boit trop sans regarder l’heure, où on rigole, où on ne sait pas vraiment comment draguer. Et où les réseaux sociaux sont avant tout présentés comme une bonne solution pour nouer et entretenir le contact – ça change un peu de la dénonciation récurrente du cyberharcèlement, même si c’est important, bien sûr. Construit intelligemment, au gré de flash-back et saut d’une fille à l’autre, Voleuse est davantage une romance d’aujourd’hui qu’un album sur la kleptomanie, axé sur l’amitié, les sentiments amoureux, et la description de cet âge complexe, à la fois insouciant et angoissé, où le monde s’ouvre à soi mais où il faut faire des choix.

D’un trait mêlant avec dynamisme les influences manga et cartoon, des touches de couleurs rose, orangé, bleu-vert, des trames discrètes, l’autrice pose son univers très doux, très positif, « feel good » mais pas idiot. Car ce n’est pas parce qu’on met de côté, le temps d’une fiction, la noirceur et les dangers du monde qu’on rejette un forme de réalisme. Voleuse réussit à combiner tout  ça : une histoire crédible et lumineuse sur l’adolescence, et un moment de réconfort.

voleuse_image2

Publiez un commentaire