Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Angoulême 2014 : l’expo Mafalda

30 janvier 2014 |

Elle est née d’une commande publicitaire d’une marque d’électroménager. Mafalda, héroïne du dessinateur argentin Quino, fête cette année ses cinquante ans à Angoulême.

mafalda14« Le personnage principal devait être un enfant dont le patronyme évoquerait la marque Mansfield, tandis que sa famille s’occuperait à des gestes quotidiens : ouvrir le frigo, faire la cuisine… J’ai donc donné à cette petite fille une apparence très typée, avec une coiffure laide, qui permettait toutefois qu’on la reconnaisse aisément de gag en gag. Mais la marque ne fut jamais commercialisée. » Ainsi l’artiste explique-t-il la naissance de sa créature, qui s’épanouit ensuite loin de toute visée promotionnelle.

Entre 1964 et 1973, la mouflette (âgée d’entre 6 et 8 ans, selon l’auteur aujourd’hui octogénaire) se mêle de tout. Malgré un graphisme attractif pour le jeune public, ses « aventures », inspirées de Peanuts de Charles Schulz, font plutôt sens pour les adultes. Car le propos de Mafalda est éminemment politique et social : à travers ses considérations sur la soupe que prépare sa mère (que la gamine méprise un peu quand elle s’adonne à des tâches ménagères), les graines que son père veut faire germer, ou le téléviseur qu’elle réclame à corps et à cris, elle exprime les attentes et frustrations d’un pays qui voit la fin du régime de Juan Peron. L’oeuvre phare de Quino est joliment mise en scène à Angoulême. Avec des installations ludiques, des gags reproduits en version originale (et traduits, en-dessous) et quelques éléments de contextualisation. Une balade éclairante dans l’univers d’une fillette bien mûre pour son âge.

mafalda18 mafalda17 mafalda16 mafalda15 mafalda13 mafalda12 mafalda11 mafalda10 mafalda09 mafalda08 mafalda07 mafalda06 mafalda04 mafalda03 mafalda02 mafalda01

Images © BoDoï.

 

Publiez un commentaire