Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 15, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La passionnante BD numérique MediaEntity disponible gratuitement

20 juin 2018 |

Simon Kansara et Émilie Tarascou ont lancé voilà cinq ans l’ambitieuse série MediaEntity, sous forme numérique et en album papier. Ce printemps, ils la « relancent » en version gratuite en ligne, tout en poussant l’appli mobile.

L’idée scénaristique de MediaEntity, développée par Simon Kansara, est vertigineuse. Dans une société ultra-branchée, où chacun possède une identité numérique complexe qui connecte tous ses réseaux sociaux et ses comptes numériques institutionnels (impôts, Sécu, assurances, etc.), quelque chose dérape. Des « mutations ». Des entités numériques qui se rebellent et jouent des mauvais tours à leur possesseur humain. Exemple : un trader fait perdre 5 milliards à sa banque, une chanteuse pour ado fait sniffer un rail de coke à l’une de ses fans…

mediaentity_image1

Vous avez dit science-fiction ? Peut-être. Mais pas tant que ça. Comme un pendant BD à la série télé Black Mirror, MediaEntity explore la question des réseaux et du laisser-faire des utilisateurs à la manipulation de leurs données, qui pourraient donner lieu à l’émergence de figures numériques autonomes, insaisissables. Thomas Cadène a récemment abordé le sujet, en extrapolant encore davantage, dans Alt-Life. Mais l’autre intérêt de MediaEntity, outre un graphisme vif et attrayant d’Émilie Tarascou, parfaitement dopé par les aplats de couleurs d’Hubert, est d’être un projet conçu pour les écrans. Comme si le fond voulait se confronter à la forme.

mediaentity_image2En effet, même si elle est parfaitement lisible sur papier, dans les quatre tomes parus chez Delcourt, la série se déploie à merveille dans sa version « turbomédia » sur Internet, c’est-à-dire des cases et bulles qui s’affichent quand on appuie sur la flèche droite de son clavier pour faire avancer l’histoire (et on peut revenir en arrière avec la flèche gauche). L’effet immersif joue à plein, car le lecteur est véritablement acteur de l’avancée du récit, et l’apparition/disparition de cases ne se cantonne jamais à l’effet gadget. Bien sûr, parfois, le cadrage ou l’enchaînement ou surtout l’apparition des dialogues ne sont pas 100% efficaces dans la narration, mais une fois qu’on est plongé dans un épisode, on appuie sur la flèche de droite presque frénétiquement, comme on tournerait les pages d’un bon roman. On est accro rapidement, et on enchaîne les 16 épisodes avec un appétit constant, pour une lecture d’une durée totale d’environ 1h30.

mediaentity_image3

Ce qui fait plaisir avec MediaEntity, c’est que c’est vraiment de la bande dessinée, parfaitement adaptée à la lecture sur écran, et pas un truc clignotant qui ne serait ni de la BD ni du dessin animé. Et l’autre bonne nouvelle, c’est qu’elle est désormais disponible gratuitement – l’appli mobile (iOS ou Android) reste, elle, payante. Le site propose aussi un jeu de piste, sur un pdf interactif à télécharger. Malin, jusqu’au bout.

Le site de MediaEntity.

Publiez un commentaire