Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 22, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Zaroff

21 juin 2019 |
SERIE
Zaroff
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
16.45 €
DATE DE SORTIE
24/05/2019
EAN
2803672286
Achat :

Voilà une curieuse et audacieuse idée : donner une suite au fameux film Les Chasses du comte Zaroff (par Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel, 1932), dans lequel un aristocrate russe exilé sur une île du Pacifique jouait à traquer un gibier bien particulier, à savoir des humains. Des naufragés qui devenaient des proies dans la jungle, pour un psychopathe qui sera finalement dévoré par ses propres molosses. Mort, vraiment ? Non, selon les auteurs de ce one-shot : Zaroff a survécu à l’attaque de ses chiens et a réussi à s’établir sur une nouvelle île isolée. Mais, meurtri d’avoir été battu à son propre jeu morbide, il n’a plus goût à la chasse à l’homme. Jusqu’à ce que la fille d’une de ses anciennes victimes vienne le défier – avec son gang de voyous irlandais – sur son terrain…

zaroff_image1De cet étonnant point de départ, le scénariste Sylvain Runberg (Jakob Payne, Clivages, On Mars, Motor City) tire un thriller haletant, modèle du genre. Un « héros » pervers mais hautement charismatique, des méchants à ses trousses aussi violents que bas du front, et un décor extraordinaire pour une course-poursuite, à savoir une jungle hostile. Tout est réuni pour tenir en haleine les amateurs du genre, qui ne chercheront aucune vraisemblance dans cette histoire ni dans les motivations des personnages, mais se réjouiront de figures du Mal savamment brossées, au fil d’une trame riche en rebondissements et en cadavres. L’autre grosse qualité de cet album est son dessin : François Miville-Deschênes (Millénaire) développe un trait réaliste d’une rare finesse, parfaitement mis en relief par une mise en couleurs traditionnelle mais subtile. Ses cadrages, son rythme, ses clairs-obscurs comme ses plans larges rendent un bel hommage au cinéma à grand spectacle des années 1930. Mais on pourra apprécier ce Zaroff-là sans références cinéphiles, juste pour le savoir-faire du duo d’auteurs.

zaroff_image2

Publiez un commentaire