Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 15, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

47 cordes #1

10 janvier 2022 |
SERIE
47 cordes
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
25 €
DATE DE SORTIE
17/11/2021
EAN
2344042059
Achat :

47 cordes CaseTimothé Le Boucher est l’un des auteurs les plus appréciés de sa génération. Par les critiques et par le lectorat, au point même que son plus grand succès (Ces jours qui disparaissent) a été multiprimé et reste un long-seller à présent écoulé à plus de 100 000 exemplaires. Appliquée, inspirée, sa nouvelle bande dessinée a de l’audace, ne serait-ce que sur sa pagination de plus de 380 pages, alors qu’il s’agit que d’une première partie (sur deux). Elle a de l’ambition également, car nombre de ses personnages sont en réalité une seule et même entité : une métamorphe, créature humanoïde pouvant se fondre sous de multiples apparences.

Et dès le départ tout repose sur elle et son obsession de mettre le grappin sur Ambroise, un jeune harpiste. Les préliminaires sont difficiles, l’homme lui échappe constamment, jusqu’au moment où c’est son excentricité qui se l’accapare. Une fois sous son emprise, elle lui lance un défi en 47 temps, autant qu’il y a de cordes dans la harpe de concert qu’elle lui fait miroiter.

Dans ce premier tome, on ressent finalement plus de questionnement que de suspense et d’enjeu. Le procédé imposé par Timothé Le Boucher est répétitif et ne semble être qu’un prétexte narratif dont il n’arrive pas à tirer le meilleur parti. L’auteur l’avoue lui-même, il n’arrive pas à quantifier la place dont il a besoin pour écrire son histoire. Et malheureusement ça se ressent, avec quelques longueurs ou délayages qui auraient certainement pu être évités ou condensés, ou encore des passages a priori superflus… mais peut-être que tout cela est sciemment mis en place pour être mieux exploité dans la deuxième et dernière partie ?

Pas déplaisante pour autant, cette lecture est formellement prenante et se laisse lire toute seule tant la narration est fluide. On reste donc dans l’expectative, néanmoins, avec le retournement de situation final (attendu), le récit devrait s’accélérer et prendre une autre tournure dans le second volet, qui a de grandes chances d’être beaucoup plus surprenant et tendu que celui-ci.

 

47 cordes Planche

Publiez un commentaire