Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 20, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Albert Uderzo est mort

24 mars 2020 |

Albert_Uderzo_2012Le dessinateur Albert Uderzo, co-créateur d’Astérix, est décédé le 24 mars 2020 dans son sommeil, à l’âge de 92 ans.

Né dans la Marne en 1927 d’une famille d’immigrés italiens, Albert Uderzo montre très tôt des dispositions pour le dessin. Il publie ses premiers dessins dans la presse jeunesse alors que la France est encore occupée, mais démarre vraiment sa carrière à la Libération. Inspiré par Calvo – qu’il côtoie à la Société parisienne d’édition qui publie notamment Bibi Fricotin, où il apprend les bases du lettrage et de la retouche d’images – et Walt Disney, est embauché en 1945 dans un studio d’animation. Toutefois, il préfère la bande dessinée, et signe un premier récit complet intitulé Flamberge gentilhomme gascon. Mais ce sont bien Les Aventures de Clopinard parues aux éditions du Chêne en 1946, à la suite d’un concours pour jeune dessinateur, qui le conforte dans son choix. Suivent rapidement ses premières séries dans l’illustré O.K. (Arys Buck, le Prince Rollin, Belloy l’invulnérable). Sa carrière est lancée, Albert Uderzo a seulement 20 ans.

En 1949, Uderzo lâche les histoires pour enfants (O.K. a de toute façon cessé de paraître) pour illustrer des articles d’actualité dans France Dimanche, puis dans France-Soir avec les BD réalistes « Le Crime ne paie pas » et « Les Amours célèbres ». Le tournant arrive en 1950, quand il rencontre Georges Troisfontaines, propriétaire de l’agence International Press, qui le met en lien avec plusieurs scénaristes et dessinateurs. Avec Jean-Michel Charlier, il reprend Belloy. Et c’est la rencontre décisive avec René Goscinny, qui encore dessinateur. Avec lui, Albert Uderzo a trouvé le complice idéal. Ils créent ensemble Jehan Pistolet, puis Oumpah-Pah.

uderzo-1927-a-2020Mais la carrière d’Uderzo piétine, les éditions Dupuis refusant ses projets avec Goscinny. Avec lui, ils vont rencontrer les auteurs belges Morris, Franquin, Hubinon, Peyo, Greg… Et ensemble, ils s’élèvent contre leur éditeur pour réclamer un meilleur respect de leur droit d’auteur. L’agitateur Goscinny est remercié, Charlier et Uderzo démissionnent par solidarité. C’est de cette scission que naît l’agence EdiFrance/EdiPresse, qui fournit du contenu rédactionnel et crée des publicités pour la presse. Mais point de bande dessinée, même si Goscinny et Uderzo multiplient les tentatives.

C’est en 1957 que leur carrière dans la BD est relancée. René Goscinny, investi dans le journal Tintin, réussit à placer enfin leur Oumpah-Pah. Puis, en 1959, ils participent au lancement de Pilote, et Uderzo y assure le dessin de deux séries : Tanguy et Laverdure avec Charlier (aventures réalistes de pilotes de l’armée) et Astérix avec Goscinny, dont le premier album paraîtra en 1961. Devant le succès de cette nouvelle série, Uderzo cessera Oumpah-Pah et Tanquy et Laverdure, pour se consacrer pleinement à Astérix dès 1967. Dix ans et 23 albums plus tard, René Goscinny décède, après avoir résilié son contrat avec Dargaud, provoquant la création des éditions Albert René, qui publiera les albums suivants de la série, écrits par Albert Uderzo seul.

Si les scénarios d’Astérix avaient peu à peu perdu de leur qualité, il reste qu’Albert Uderzo était un dessinateur génial, qui a su imposer son style, dans un registre de caricature dynamique rarement égalé. Avec une vraie fluidité dans le mouvement et une belle efficacité dans la mise en scène et le lettrage (on reconnaît les bulles de cris d’Astérix entre mille). Il avait fini par laisser la main à Didier Conrad et Jean-Yves Ferri pour le renouveau de la série en 2013, quelques mois après avoir été honoré d’une exposition au Festival d’Angoulême.

En pleine épidémie de coronavirus, mais sans aucun lien avec la maladie, Albert Uderzo s’est éteint dans son sommeil, à son domicile de Neuilly-sur-Seine, un mois avant l’anniversaire de ses 93 ans.

Images © Uderzo – éd. Albert-René / Photo Georges Biard sous licence CC

uderzo-goscinny

Publiez un commentaire