Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

9 Comments

Baru, un guide de lecture

5 mars 2010 |

Baru a été adoubé par ses pairs Grand Prix de la ville d’Angoulême lors du dernier Festival. Un festival avec lequel il entretient une relation forte, puisque trois de ses livres y ont déjà été primés. Il sera donc président du jury l’an prochain, et sera sans aucun doute honoré d’une exposition. baru_photoAlors qu’il travaille actuellement à une bande dessinée pour Futuropolis, il nous a paru nécessaire de revenir sur sa carrière et sur ses livres – pour vous guider dans vos achats et vos lectures. Une bibliographie d’une rare cohérence, des récits souvent attachés à sa Lorraine natale (Hervé Baruléa est né à Thil, Meurthe-et-Moselle, en 1947), à la peinture de son adolescence dans une France ouvrière qui s’éteint. Mais attention, l’oeuvre de Baru n’est pas misérabiliste, ni simplement militante. Lucide mais résolument optimiste, l’auteur produit des récits dopés au rock’n’roll et à la fougue de la jeunesse métissée de la France d’aujourd’hui, dans des albums à la narration tournant comme une mécanique de précision et au dessin magistral et au style unique. Petit guide de lecture en neuf albums incontournables.

baru_piscineLa Piscine de Micheville

Les Rêveurs, 16 €, octobre 2009 (première édition Dargaud 1985).

Les micro-récits réunis qui composent ce recueil sont autant de cartes postales de la jeunesse de Baru dans sa Lorraine industrielle. Dans ces prémices à Quéquette Blues, parus dans Pilote dans les années 80, on entrevoit les sujets qui tiennent à coeur à l’auteur : la jeunesse qui s’ennuie, le sport, la drague, le racisme latent entre les Français « de souche » et les immigrés italiens, polonais ou algériens… On goûte également au sens aigu de l’observation et de la retranscription de l’auteur, qui transforme les anecdotes les plus banales en histoires drôles et palpitantes : comment mater les filles sous les douches, pourquoi les ados n’aiment pas la colo, comment le vieux directeur du lycée fait peur à tout le monde… Jouissant d’une toute nouvelle édition chez Les Rêveurs, avec des couleurs intégralement refaites, La Piscine de Micheville est une savoureuse introduction à l’univers de Baru.

Achetez La Piscine de Micheville sur Amazon.fr

baru_quequetteQuéquette Blues

Casterman, 22,50 €, intégrale publiée en avril 2005 (trois tomes publiés entre 1984 et 1986, et première intégrale publiée chez Albin Michel en 2001 sous le titre Roulez jeunesse !).

C’est le récit qui a vraiment révélé Baru. 140 pages réalisées d’une traite sans commande d’un éditeur, mettant en scène le réveillon du nouvel an d’une bande de potes. Dans l’ombre des hauts fourneaux de Lorraine, Hervé et ses copains se mettent en chasse de donzelles acceptant de danser des slows… et de dépuceler le jeune héros ! Baru décrit avec acuité et humour le monde sclérosé des petites villes industrielles, qui n’offre que l’usine pour unique horizon à ses jeunes. Chronique sociale pleine d’une incroyable énergie rock’n’roll, Quéquette Blues impose ainsi Baru comme un auteur unique en son genre, qui raconte avec réalisme, tendresse et humanité une France ouvrière en voie de disparition, et met en scène comme aucun autre une jeunesse qui n’en peut plus de s’ennuyer. Le premier tome signe le début d’une histoire d’amour entre Baru et le Festival d’Angoulême, en remportant en 1985 l’Alph’Art du premier album.

Achetez Quéquette Blues Int. sur Amazon.fr

baru_ameriqueLe Chemin de l’Amérique

Avec Jean-Marc Thévenet. Casterman, 1998 (première édition par Albin Michel en 1990).

Alors que l’Algérie bouillonne d’indépendance, un jeune boxeur commence à se faire un nom. Saïd Boudiaf se fout des querelles politiques, lui veut simplement devenir encore plus grand que Marcel Cerdan. Il y parvient presque, mais il ne peut se défaire de l’image qu’il véhicule malgré lui : parfait exemple de réussite d’un ressortissant de l’Algérie française pour les uns, traître à son peuple pour les autres. Basé sur une histoire vraie, le scénario de Jean-Marc Thévenet est taillé pour Baru puisqu’il comprend tous ses thèmes de prédilection : la jeunesse passionnée, le racisme, le sport, les errances du politique… Le duo fait mouche avec cette histoire puissante et touchante, et remporte l’Alph’Art du meilleur album à Angoulême en 1991. Et pourtant, le meilleur est encore à venir.

Achetez Le Chemin de l’Amérique sur Amazon.fr

baru_autorouteL’Autoroute du soleil

Casterman, 1995 (dans le magazine japonais Morning de Kôdansha, dès 1991). Réédition en juin 2008, 22 €.

Connu pour être un des premiers mangas signés par un auteur français, L’Autoroute du soleil paraît en épisodes dans un magazine japonais au début des années 90, avant d’être repris cinq ans plus tard dans un épais volume de plus de 400 pages, ce qui n’était pas si courant à l’époque. Pari gagnant : cette histoire de cavale d’un arabe fan des 50’s et d’un blanc bec timide, poursuivis par un fasciste fou et des dealers, remporte un vrai succès public et critique. Et Baru gagne une nouvelle fois le prix du meilleur album à Angoulême (1996). Pour ce qui reste un de ses ouvrages les plus marquants, l’auteur a épuré son trait pour n’en garder que la plus vive spontanéité. Dans des pages au nombre de cases limité, jouant sur le format panoramique, Baru se lâche dans le spectaculaire et l’expressivité des visages. L’Autoroute du soleil est un bijou de narration, d’énergie et d’émotion qui, à chaque lecture, se dévore avec le même plaisir.

Achetez L’Autoroute du soleil sur Amazon.fr

baru_routeSur la route encore

Casterman, 20 €, 1997.

Comme son titre l’indique, on est encore dans un road movie, ou en tout cas un récit itinérant de stations service d’autoroutes en hôtels de la gare. On y suit le chemin en vue subjective d’André, entre souvenirs de sa jeunesse rock’n’roll (épatante description d’une soirée dans une boîte de campagne) et découverte d’un sordide quotidien rural. Mais on suit aussi Edith qui, au fil de ses sauts de puce en auto-stop, est confrontée à la même réalité dégueulasse. Une trame de polar finit par rattraper les deux vagabonds, mais on ne vous en dit pas plus… Album singulier, Sur la route encore fonctionne comme une série d’instantanés d’une France glauque et malsaine, et brosse subtilement le désenchantement de la génération des soixante-huitards. Mais Baru parvient plus d’une fois à arracher un sourire à ses lecteurs, car il refuse de s’enferrer dans la déprime et de baisser les bras. Bravo !

Achetez Sur la route encore sur Amazon.fr

Bonne année

Casterman, 12,50 €, 1998. Réédité dans le recueil Noir, Casterman, 14 €, 2009.

baru_annee

Nouvelle graphique qui fait froid dans le dos, Bonne année paraît en 1998. Soit trois ans après La Haine de Mathieu Kassovitz, quatre avant la présence de Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, et neuf avant les émeutes de Villiers-le-Bel. Ce récit imagine une France de l’an 2000 dirigée par un clone du leader frontiste, qui aurait dressé des murs autour des banlieues sensibles et dont les jeunes crèveraient du sida faute de pouvoir se payer des capotes. Une histoire d’une lucidité et d’une actualité étonnantes, comme un conte de Noël qui aurait mal tourné. Malgré cette vision sombre de l’avenir, l’éternel optimisme de Baru – symbolisé par la fougueuse jeunesse de ses personnages – finit toujours par pointer le bout de son nez, et c’est aussi pour cela qu’il est un conteur hors pair.

Achetez Bonne Année sur Amazon.fr
Achetez Noir sur Amazon.fr

baru_spoutnikLes Années Spoutnik #1-4

Casterman, 16€, intégrale publiée en avril 2009.

La Guerre des boutons, version Baru. Avec tendresse, l’auteur revient sur son enfance en Lorraine, au pays des terrils. À la fin des années 50, Igor fait partie des « Par-en-haut », en opposition aux « Par-en-bas » (qui ont des « gros culs »). Ces deux bandes de mouflets s’affrontent régulièrement, avec les poings, des flèches, au bras de fer ou sur un terrain de « fouteballe ». Et chaque camp se déchire régulièrement, certains voulant devenir calife à la place du calife… Réalisée entre 1999 et 2003, cette mini-série comporte quatre volumes, qui bénéficient d’une ligne plutôt claire et très expressive. Baru en fait des perles de tendresse perméables aux coups et bosses, destinées aux adultes aussi bien qu’aux enfants.

Achetez Les Années Spoutnik Intégrale sur Amazon.fr

L’Enragé #1-2

baru_enragePar Baru. Dupuis/Aire libre, 14,50 € le volume, deux tomes publiés en 2004 et 2006.

Encore l’histoire d’une jeunesse un brin paumée mais passionnée. Anton, naturellement doué pour la boxe, choisit de faire carrière sur le ring, délaissant son quartier, ses parents… Et son meilleur ami, Mo, qui devient journaliste sportif et ne cesse de condamner l’arrogance de la jeune star des poids-moyens. Fidèle à ses thématiques (la jeunesse, la banlieue, l’intégration…), Baru ne ronronne pas. Son univers avance avec la société et son analyse est toujours aussi pertinente. Ici, ce sont le sport business et les médias qui sont sévèrement épinglés (on a rarement aussi bien parlé de ces deux sujets en bandes dessinées). L’auteur ne livre pas un pensum, mais deux albums au dessin d’une limpidité magistrale et à l’intrigue pleine de suspense. Un diptyque qui vous met K.O. – de plaisir.

baru_zheros

Achetez L’Enragé T1 sur Amazon.fr
Achetez L’Enragé T2 sur Amazon.fr

Pauvres Zhéros

D’après Pierre Pelot. Casterman/Rivages/Noir, 17 €, mai 2008.

Enfant trisomique, Joseph disparaît de l’orphelinat-hospice de Saint-Maurice. Tout le village est en émoi et tente de le retrouver, tandis que les médias et la police arrivent… Baru met ici en images un roman de Pierre Pelot pas franchement tendre ni gai, inspiré par une visite dans un établissement de ce genre. Il parvient brillamment à rendre l’atmosphère pesante, parfois malsaine, d’un village français banal. Usant d’aquarelles délicates, il traduit les angoisses de chacun, les petits secrets, les lâchetés ordinaires. Pauvres Zhéros trace sans complaisance le portrait d’une humanité glaçante, montrant sa violence latente, sa sauvagerie cachée.

Achetez Pauvres Zhéros sur Amazon.fr

Guide de lecture réalisé par Laurence Le Saux et Benjamin Roure

Photo © FIBD 2010, Jorge Fidel Alvarez / 9art+

Commentaires

  1. roure

    mille fois BRAVO pour ce guide de lecture qui je l’espère fera gagner de nouveaux lecteurs à BARU

  2. roure

    mille fois BRAVO pour ce guide de lecture qui je l’espère fera gagner de nouveaux lecteurs à BARU

  3. Fridjoe

    ouais cool le guide de lecture. toujours été rebuté par son style graphique mais vous me donnez envie de plonger dans ses histoires. je crois que je vais commencer par l’autoroute du soleil. merci

  4. Fridjoe

    ouais cool le guide de lecture. toujours été rebuté par son style graphique mais vous me donnez envie de plonger dans ses histoires. je crois que je vais commencer par l’autoroute du soleil. merci

  5. Francois Pincemi

    Baru est un auteur pro depuis bientôt trente ans (je me souviens de ses quequette blues, son beaux gosses bien avant sattouf). Je comprends que votre présentation intéresse des lecteurs débutants de BD, mais je n’en vois pas trop l’intéret….Vous parlez bien souvent (en bien::) de livres beaucoup plus pointus et difficiles à lire! L’oeuvre de Baru est fluide et cohérente, elle se lit toute seule….

  6. Francois Pincemi

    Baru est un auteur pro depuis bientôt trente ans (je me souviens de ses quequette blues, son beaux gosses bien avant sattouf). Je comprends que votre présentation intéresse des lecteurs débutants de BD, mais je n’en vois pas trop l’intéret….Vous parlez bien souvent (en bien::) de livres beaucoup plus pointus et difficiles à lire! L’oeuvre de Baru est fluide et cohérente, elle se lit toute seule….

  7. JL

    Pour ma part le meilleur livre de Baru est « Quéquette Blues », le bien nommé.

  8. JL

    Pour ma part le meilleur livre de Baru est « Quéquette Blues », le bien nommé.

  9. JL

    Pour ma part le meilleur livre de Baru est « Quéquette Blues », le bien nommé.

Publiez un commentaire