Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 17, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël 2021 #2

15 décembre 2021 |

Deuxième étape dans notre sélection de beaux livres illustrés à glisser au pied du sapin (la première est ici). Des ouvrages variés pour amateurs de mangas, d’histoires du 9e art ou juste de beaux dessins.

Super Livre Dragon Ball CouvLe Super Livre de Dragon Ball

37 ans après ses débuts dans les pages du mythique Shonen Jump, la série Dragon Ball d’Akira Toriyama ne cesse de fasciner petits et grands, notamment grâce à la publication de suites en manga et en dessins animés. La franchise a toujours eu une place à part sur le marché français et les lecteurs ont toujours été au rendez-vous. Pas étonnant de voir arriver régulièrement des ouvrages accompagnant le monde de cette saga. En cette fin d’année, c’est un peu le Graal de tout amateur de la licence qui vient de sortir son premier opus (sur quatre). Dans ce Super livre grand format, cartonné et tout en couleur, vous retrouverez tout ce que vous avez voulu savoir (et même ce vous ne vous étiez même pas demandé) sur l’entièreté de l’univers de Dragon Ball. Tout y passe, dans une foultitude de détails : personnages, lieux, véhicules, technologies, transformations, attaques spéciales… Vous pourrez aussi analyser le déroulé chronologique de l’histoire ou revenir en détail sur les 187 combats présents dans les 42 tomes originaux. Une véritable bible extraordinairement riche et documentée qui ravira premiers passionnés et nouveaux venus.

Rémi I.

Glénat, 364 p., 32 € Traduction : Fédoua Lamodière
Dragon Ball – Le super livre – Tome 01

Joseph Gillain, une vie de bohème

Il y a plusieurs mois qu’est sorti le massif Joseph Gillain, une vie de bohème, nouvel ouvrage réalisé par l’infatigable François Deneyer, mais il paraissait impensable de ne pas en parler. Dans son précédent ouvrage sur Jijé, déjà, on découvrait des facettes artistiques moins connues de l’auteur, dont les styles déjà variés dans le neuvième art se démultiplient aussi dans d’autres pratiques, comme la gravure sur bois de sa jeunesse, la sculpture ou la peinture. Dans ce massif volume contenant plus de 900 illustrations, l’auteur transforme l’essai pour donner encore plus de détails, déployant la multitude jijéenne au-delà de la bande dessinée.

jije-boheme

Il ne s’agit cependant pas là d’un simple recueil d’images peu connues, voire tout simplement inédites : c’est une véritable biographie qui vient considérablement enrichir la connaissance du personnage, sur lequel quelques ouvrages ont déjà été produits. Le livre est en effet aussi généreux en texte qu’en images, au risque d’avoir une maquette parfois un peu trop chargée, mais au diable l’avarice semble-t-il nous crier ! On y découvre un Jijé certes talentueux, mais aussi gouailleur et bon vivant, dernière la production massive et les biographies de Don Bosco.

En remontant aux « racines » (nom du premier chapitre) walloniennes et ardennaises de chacun de ses grands-parents, le lecteur découvre Jijé sous toutes les coutures. Du gamin s’amusant devant Branner et son Bicot dans Dimanche-Illustré, ce qui le change de la messe dont il est fidèle, à la création de l’éphémère revue Super As un an avant sa mort, où il reprend Tanguy et Laverdure, en passant par le jeune adulte formé par le peintre Léon Vandenhouten, la montée en puissance chez Dupuis, l’atelier à domicile avec Will, Franquin et Morris, aussi mythique que le voyage qui suivit, l’étonnant panachage de style, notamment ses évolutions burlesque-cartoonesques de la fin de carrière, et des influences parfois méconnues (on découvre ainsi que Juillard a fait des tests pour de l’encrage de Jijé)… Tout est étudié finement, à renfort d’informations de première main, de citations abondantes et de références précises. De ces approches multiples ressort le goût du risque, de la tentative, une envie de toujours explorer, qui ne s’est jamais éteinte chez ce barbu aux allures d’ogre sympathique.

S’il coûte une certaine somme, c’est au fond assez raisonnable eu égard au volume de l’ouvrage (448 pages) et aux informations déployées. Après ce livre, difficile d’imaginer qu’une nouvelle biographie soit nécessaire. Le livre définitif ? Sans doute sous cette forme, mais il ne fait pas que doute que Deneyer, toujours plus motivé que jamais par la mise en avant de l’œuvre du maître, saura encore trouver des angles d’attaque. Ce d’autant plus qu’il est encouragé à son travail monacal par le SoBD, qui lui a décerné cette année le Prix SoBD/Papiers nickelés du meilleur ouvrage sur la bande dessinée. Cela poussera peut-être à la réimpression d’un livre qui s’avère victime de son succès et actuellement en rupture.

Maël Rannou

Par François Deneyer, Musée Jijé, 448 p., 39 €.

Anime-Architecture-Couv1

Anime Architecture

On le sait tous depuis longtemps, les dessins animés, tout comme les bandes dessinées, sont des œuvres simplistes uniquement destinées aux enfants. Ah non ? Pour ceux qui en douteraient encore, voilà un ouvrage à leur offrir pour leur faire découvrir toute la beauté et la richesse picturale des dessins animés. Stefan Riekeles, conservateur berlinois, livre un ouvrage de passionné qui donne toute sa valeur au travail de titan que représente la création de décors d’un long-métrage d’animation traditionnel. Dix ans de travail ont été nécessaires pour rassembler la totalité des visuels. Regroupant 386 illustrations tirées d’animes japonais cultes (Akira, Amer Béton, Evangelion, Ghost in the shell, Metropolis et Patlabor), ce beau livre met un point d’honneur à présenter des arrière-plans urbains et architecturaux de grands films. Layouts, décors de références, décors définitifs, photographies de repérage… C’est toute une collection de pièces rares et de toute beauté, que l’on prend le temps d’admirer et d’apprécier à leur juste valeur grâce aux judicieux apports de l’auteur.

Rémi I.

Mana books, 256 p., 34,90 €. Traduction : Laurent Laget

Anime-Architecture_akira

Le Sel et le ciel

le-sel-et-le-ciel-couv

L’Association publie une histoire muette et hypnotique de Marc-Antoine Mathieu, créée à l’occasion du festival Lyon BD 2018. Conçu pour une exposition sur les murs d’une rampe d’accès piétonne à un parking souterrain, ce récit étrange met en scène un groupe d’humanoïdes dans un désert de sel, au regard brûlé. Au cours de leur errance, ils déterrent un fossile de bois, puis des humains figés, migrants implorant, piégés par une catastrophe soudaine. Au final, c’est une embarcation gigantesque, témoin d’un lointain passé et symbole d’une mémoire indispensable pour envisager l’avenir… S’inspirant des lieux – les berges du Rhône – et d’un vestige de barque à fond plat du XVIIIe siècle, découvert au moment de la construction du parking, le créateur de Julius Corentin Acquefacques développe ainsi une courte bande dessinée composée de grandes cases épurées, creusant ses propres obsessions (la mémoire, le temps, le langage, la transmission…) et laissant le lecteur-visiteur à ses propres interprétations. Un joli ouvrage à la fabrication fort soignée, dotée d’une couverture toilée sérigraphiée en blanc, cadeau idéal pour tous les amateurs de Marc-Antoine Mathieu.

Par Marc-Antoine Mathieu. L’Association, 48 p., 25 €.

Publiez un commentaire