Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël (5)

23 décembre 2013 |

Dernière ligne droite pour vos cadeaux de Noël, une sélection éclectique de livres autour de la bande dessinée mondiale.

noel_toppfer_couvM. Töpffer invente la bande dessinée

Le nouveau livre de Thierry Groensteen aux Impressions Nouvelles est une version largement revue d’un ouvrage co-écrit avec Benoît Peeters en 1994. Depuis, de nombreux documents ont été mis en lumière, des expositions ont eu lieu et la place de l’auteur genevois dans l’histoire de la bande dessinée affirmée. Le moment était donc bienvenu pour revenir sur la vie et le travail de celui qui, non content de réaliser les premières bandes dessinées à succès, en a aussi été le premier exégète. Conscient d’inventer une nouvelle forme d’expression, Töpffer, avec le soutien d’auteurs comme Goethe, va essayer de convaincre que ses « récits en estampes » n’ont rien de mineur face aux pièces de théâtre et romans salués par ses contemporains.

Biographie de l’homme et étude de l’œuvre, M. Töpffer invente la bande dessinée permet de prendre bien conscience de l’extrême lucidité de Töpffer face à ce qu’il crée. Pédagogue, Groensteen présente et explicite les nombreux textes et correspondances que l’inventeur a laissés derrière lui. S’ensuivent de largse rééditions en fac-similé de ces textes, documents aussi passionnants qu’émouvant, qui rappellent de manière salutaire que la bande dessinée moderne existe bien, et ce depuis 1827 !

M. Töpffer invente la bande dessinée
Par Thierry Groensteen.
Les Impressions nouvelles, 24 €.
Achetez-le sur Amazon.fr

noel_topffer_image

noel_pif_couvQuand je serai grand, je serai Pif !

Enfant, Mircea Arapu apprend à lire le français dans Vaillant, exporté par le PCF dans sa Roumanie natale. De la Pension Radicelle au Pif d’Arnal il se passionne pour la revue et n’a plus qu’un désir : devenir dessinateur et aller à Paris travailler dans Pif! Après une première tentative à l’âge de quatre ans, qui échoue grâce à une tante vigilante, Mircea finira par accomplir son rêve, jusqu’à devenir le repreneur d’Arthur le fantôme dans les années 1980, puis un participant actif (maquettiste, illustrateur, etc.) du nouveau Pif Gadget (2004-2008). En racontant ses souvenirs avec un langage chatoyant dans ce bel album rempli de dessins inédits, Arapu nous plonge dans le cheminement d’un dessinateur, et montre de l’intérieur la vie de ce magazine mythique dans sa période tardive, plus méconnue. Fait intéressant, le récit de souvenirs s’arrête à peu près aux deux-tiers du livre, laissant ensuite place à des dizaines de pages de rééditions de travaux divers de Mircea Arapu : aventures de Pif (entre autres scénarisées par Corteggianni et Maric), gags de Placid et Muzo ou surprenant projet de reprise de La Jungle en folie, célèbre série de Mic Delinx & Godard.

Indispensable témoignage pour tous les amateurs, venant habilement compléter deux beaux ouvrages parus l’an dernier, ce livre n’est pas diffusé en librairie. Vous pouvez en voir des extraits et le commander sur le site de l’auteur (en lui écrivant directement), attention tirage très limité !

Quand je serai grand, je serai Pif !
Par Mircea Arapu.
Auto-édition.

noel_pif_image

noel_bode_couvDǎs KämpF

Considéré par tous les amateurs d’underground comme un auteur majeur, Vaughn Bodé était pourtant dramatiquement introuvable en librairie depuis 1983, avec Érotica, publié par les éphémères éditions Neptune. Et même avant, hormis un 30×40 chez Futuropolis en 1975 et quelques parutions en revues, rien n’était disponible… Ce vide était souvent expliqué par la difficulté de traduire un langage complexe. On est bien loin des rééditions quasi intégrales de Fantagraphics ! Quasi-intégrale car justement, un petit trésor auto-édité par Bodé en 1963 et considéré comme un des premiers comix underground a été oublié. Plus réédité en anglais depuis 1977, il l’est aujourd’hui en édition bilingue par les éditions Aux forges de Vulcain.

Traduit et présenté par Jean-Paul Gabillet, professeur à l’Université Bordeaux-3 et spécialiste de la BD américaine, Dǎs KämpF est un recueil de 100 dessins satiriques sur l’armée parodiant le best-seller sirupeux Le Bonheur c’est… de Charles M. Schulz. Plongeant dans la bêtise humaine et évitant l’antimilitarisme béat, Dǎs KämpF tire à vue, uniformisant les soldats dans la même galère. Empli d’une verve réjouissante, laissant deviner les prémices du dessin fulgurant qui s’imposera par la suite, la lecture de cet inédit à la postface passionnante nous laisse à rêver qu’un éditeur se saisisse bientôt du reste de l’œuvre pour remplir ce vide indécent.

Dǎs KämpF
Par Vaughn Bodé.
Les éditions Aux forges de Vulcain, 20 €
Achetez-le sur Amazon.fr

noel_bode_image

noel_cauvin_couvCauvin, la monographie

Dans ce gros pavé richement illustré, Patrick Gaumer explore sur plus de 400 pages les nombreux travaux de Raoul Cauvin. Basé sur un long entretien inédit dont des extraits ponctuent le cours, on y revient chronologiquement sur la carrière du moustachu le plus célèbre de Marcinelle, créateur des Tuniques bleues : de l’entrée comme animateur au studio de dessin animé aux premiers textes publiés, des amitiés solides aux premiers succès, en passant par les quelques échecs et son indéfectible loyauté à Dupuis, l’éditeur qui l’a toujours soutenu. Le récit est ponctué de chapitres sur ses collaborateurs majeurs (Laudec, Bercovici, Kox, Lambil, etc.), habile moyen de donner la parole aux autres, jamais exempts d’anecdotes mais aussi d’un autre regard sur le grand Raoul, même si certaines remarques font parfois doublon.

On découvre ici un Raoul Cauvin honnête, franc, effrayé par l’idée de ne plus travailler, profondément modeste. Et si l’on peut regretter de récurrentes piques envers une « critique » élitiste, on ressent très bien son premier souci : le respect des lecteurs.

La monographie a le mérite d’évoquer un certain nombre de séries oubliées – parfois à juste titre, mais certaines mériteraient vraiment d’être redécouvertes, telles les Les Naufragés (avec Brétecher) aux Les Voraces (Glem), en passant par le grinçant Pauvre Lampil (Lambil), Zotico (son seul album solo), etc. Un ouvrage nécessaire, qui permet de rendre hommage à un véritable pan de l’histoire de la BD franco-belge, à mettre en regard avec celle du Journal de Spirou, dont il est indissociable.

Cauvin, la monographie
Par Patrick Gaumer.
Dupuis, 28 €.
Achetez-le sur Amazon.fr

Publiez un commentaire