Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Camille Claudel ***

16 avril 2012 |

picto-critique-V3-3claudel_couvPar Vincent Gravé et Eric Liberge. Glénat, 15,50€, le 7 mars 2012.

En 1951, l’écrivain Paul Claudel rend hommage à sa sœur décédée en 1943, la sculptrice Camille Claudel. A l’occasion d’une exposition présentant une grande partie de ses œuvres, il évoque alors longuement le destin de cette jeune femme infiniment douée, tiraillée entre la raideur de son milieu et une grande ambition artistique – qui la pousse à s’émanciper. Dotée d’une véritable liberté d’esprit, cette admiratrice de Louise Michel est écrasée par la pesanteur d’une époque qui lui refuse la reconnaissance car elle est une femme.

claudel_1Très documenté et riche, l’ouvrage se place du point de vue de Paul Claudel. Le génie de Camille est souvent effacé par l’ombre de son frère et l’aura de son amant, Auguste Rodin, dont elle est souvent passée pour l’élève servile ou la pâle copieuse.

Le récit repose sur la trahison envisagée comme un thème majeur de la vie de l’artiste : rejet de sa mère ; inertie coupable de Rodin, incapable de quitter sa « régulière » ; silence du frère jaloux, qui s’offre une rédemption en organisant une exposition posthume de ses œuvres… Ces multiples abandons sont présentés comme l’origine de la longue déchéance de Camille. Le halo glauque d’Eric Liberge (scénariste, mais aussi coloriste de l’album) et le trait foisonnant, parfois étouffant, de Vincent Gravé illustrent à merveille les démons de Camille et l’âpreté de son monde. Quelques trouées de lumière – la très belle vague d’Hokusai comme une métaphore de la vie de la sculptrice – permettent parfois de remonter à la surface.

Mélanie Monroy

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr

claudel_2

Publiez un commentaire