Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Carnets de massacre ***

28 décembre 2010 |

canets_de_massacre_couvbienPar Shintaro Kago. IMHO, 18 €, le 26 novembre 2010.

Attention, ces « 13 contes cruels du Grand Edo » ne sont pas à mettre en toutes les mains. Mutilation, sévices sexuels, épidémies, monstruosités en tous genres… Les mots ont ainsi du mal à recouvrir la réalité fantasmaGORique de ce recueil d’histoires courtes japonaises. Quelques exemples. Des hommes exhibent leurs épousent défigurées et c’est à celui qui aura la femme la plus ignoble. Des femmes servent de distributeurs automatiques, expulsant par leur vagin des boîtes-surprises. carnets_de_massacre_imageUne geisha est affublée d’une langue qui se promène dans tout son corps et sort où bon lui semble. Un artisan conçoit un pantin serial-killer. Une épidémie de trous (oui, oui, des orifices apparaissent un peu partout, sur les objets comme sur les hommes!) se répand dans la ville. Bref, un menu gore, loufoque et… interdit aux moins de 18 ans !

Les premiers contes prennent clairement la forme de récits érotico-gores, à tendance SM fantastique, puisque le surnaturel est toujours là pour répondre aux vices de ces messieurs en kimono. Ensuite, on s’enfonce un peu plus dans le sordide, toujours accompagné par le trait fin et propice aux détails dégoulinants de Shintaro Kago. Puis, le livre prend un chemin résolument loufoque, avec cette attaque de pièces de vêtements qui viennent boucher n’importe quel trou, puis l’épidémie de trous justement. On est là dans une parodie d’histoires de zombies, tout à fait jouissive. L’ensemble forme donc un volume original et hautement distrayant, pour tous les lecteurs en mal de sensations fortes. Les autres détourneront rapidement leur regard, avec quelques hauts-le-coeur…

bouton_nbdAchetez Carnets de massacre sur Fnac.com
Achetez Carnets de massacre sur Amazon.fr

KOROKORO SOUSHI © Shintaro Kago 2006

Commentaires

Publiez un commentaire