Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Conventum **

6 janvier 2011 |

conventum_couvpasmalPar Pascal Girard. Delcourt/Shampooing, 13,50 €, le 5 janvier 2010.

Revoir, dix ans après, ses anciens « camarades » de classe : super idée ou cauchemar social ? Pour Pascal, c’est plutôt la deuxième option. Obsédé par l’idée ne pas passer pour un perdant, lui qui l’avait toujours été à l’époque du secondaire (bien qu’il le réfute), il décide de faire du sport et de perdre du poids. Un bon point, largement contrebalancé par son angoisse viscérale de la confrontation avec des gens qui n’ont jamais été ses amis. De quoi stresser pendant des mois jusqu’au rendez-vous fatidique…

conventum_imageConnu pour ses ouvrages chez Mécanique générale (Nicolas…) ou La Pastèque (Paresse, Jimmy et le Big Foot), le Québécois Pascal Girard signe ici un récit autobiographique sans concessions, dans lequel il se présente comme un type aux angoisses maladives, quasi handicapé social, en tout cas incapable d’être un tant soit peu jovial. Et qui passe au final pour sale type, impoli notoire, vraiment le genre de gars qu’on a pas envie de croiser à une fête d’anciens élèves. Par son trait fin et judicieusement tremblotant, il crée quelques séquences vraiment drôles. Mais le sujet en lui-même (la préparation de la réunion, et la fête elle-même) est un peu faible pour susciter l’intérêt sur 160 pages. Surtout que le personnage central n’est jamais sympathique. Malgré quelques passages savoureux, on s’énerve donc plus qu’on ne rit, et c’est un peu pénible.

bouton_nbd Achetez Conventum sur Fnac.com
Achetez Conventum sur Amazon.fr

Commentaires

  1. Philis

    « Et qui passe au final pour sale type, impoli notoire,  »
    Typiquement du Lewis Trondheim, étonnant qu’il publie des auteurs aussi manifestement inspirés par son travail (le dessin fait penser à Mathieu Sapin: beurk!!!).

  2. Philis

    « Et qui passe au final pour sale type, impoli notoire,  »
    Typiquement du Lewis Trondheim, étonnant qu’il publie des auteurs aussi manifestement inspirés par son travail (le dessin fait penser à Mathieu Sapin: beurk!!!).

  3. « Un récit autobiographique sans concessions »
    Haha!

    Bonne journée.
    pascal

  4. « Un récit autobiographique sans concessions »
    Haha!

    Bonne journée.
    pascal

  5. Phileas

    Je pense que Trondheim a décidé de couler Delcourt en publiant des bouquins tout pourris.

  6. Phileas

    Je pense que Trondheim a décidé de couler Delcourt en publiant des bouquins tout pourris.

Publiez un commentaire