Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 24, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Destins #1-2-3 **

9 février 2010 |

destins_1_couvpasmalPar Michel Durand et Frank Giroud (#1) ; Daphné Collignon, Virginie Greiner et Frank Giroud (#2) ; Luc Brahy, Yves Lecossois, Pierre Christin et Frank Giroud (#3). Glénat, 13€, le 21 janvier 2010.

destins_1_0Après Le Décalogue et ses déclinaisons (Les Fleury-Nadal, Le Légataire), voici le nouveau projet pharaonique de Frank Giroud. Le scénariste s’y attache à explorer la notion de destin – comme l’indique le titre de la série.  Pour ce faire, il a organisé les 14 albums prévus selon une arborescence précise: un premier album donne naissance à deux alternatives, qui elles-mêmes génèrent ensuite un ou deux albums, c’est selon, avant de fournir deux autres options, puis un ouvrage final. Vous avez dit compliqué? Ce n’est pas fini: comme pour Le Décalogue, l’auteur s’adjoint les compétences de collègues. Près de quinze dessinateurs (Espé, Olivier Berlion, Jean-Luc Serrano…) et autant de scénaristes (Valérie Mangin, Eric Corbeyran, Kris, Rodolphe, Philippe Bonifay, Matz…) interviennent, travaillant sur des épisodes différents.

destins_2_couvDans le premier tome, on fait la connaissance d’Ellen, étudiante américaine amoureuse d’un révolutionnaire. Cette jeune tête brûlée va jusqu’à planifier un braquage avec lui, pour gagner son coeur. Mais l’action téméraire vire au carnage, et Ellen s’enfuit en Angleterre. Personne n’est condamné pour son action meurtrière, puisque son compagnon de lutte est mort, et qu’Ellen n’a pas été identifiée. Seulement, de nombreuses années après, alors qu’elle a recommencé sa vie, a construit une famille et s’est racheté une dignité, notre héroïne apprend qu’une autre risque la peine de mort à sa place. Elle va devoir choisir entre se taire et en porter la culpabilité, ou se rendre aux autorités

destins_3_couvL’idée de Frank Giroud est en soi intéressante, et résout chez le lecteur la potentielle frustration du « et si… ». Mais un tel traitement, utilisant des personnalités artistiques différentes, engendre forcément un résultat inégal. Ainsi, le premier volume (Le Hold-up) plante très concrètement la situation, sans creuser suffisamment le personnage d’Ellen – dont on découvrira probablement le passé et les caractéristiques au fil de la série. Résultat: ce parti pris n’entraîne ni sympathie, ni identification à l’héroïne, pour laquelle on devrait pourtant trembler. Le trait trivial de Michel Durand, maladroit dans les scènes d’action, augmente le côté lisse de ce tome d’exposition. Sa seule originalité: un long flash-forward muet assez gonflé, qui propulse Ellen loin dans le futur.

Le deuxième album (Le Fils) se fait plus lent et impressionniste, notamment grâce au dessin plus personnel et empreint de joliesse de Daphné Collignon – voir ci-dessous. Virginie Greiner pilote l’histoire, se concentrant sur la vie de famille d’Ellen et son dilemme moral. Le troisième épisode (Le Piège africain), lui, renoue avec l’efficacité brute du premier, laissant peu de place à la grâce. On reconnaît la patte géopolitique de Pierre Christin, puisqu’il emmène notre principale protagoniste dans une Afrique en plein chaos. Très classique, le trait d’Yves Lecossois – remplacé pour une dizaine de planches par Luc Brahy – restitue honnêtement un récit assez prenant. On termine la lecture de ce triptyque intrigué, curieux des rebondissements à venir, mais aussi déçu par l’hétérogénéité de ces épisodes.

destins_2

Achetez Destins T.1 sur Amazon.fr
Achetez Destins T.2 sur Amazon.fr
Achetez Destins T.3 sur Amazon.fr

Votez pour ces albums

Commentaires

Publiez un commentaire