Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 21, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Détox #1

4 septembre 2019 |
SERIE
Détox
ALBUM
Le déni - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
Jim
EDITEUR(S)
PRIX
16.90 €
DATE DE SORTIE
27/03/2019
EAN
2818966760
Achat :

Matthias D’Ogremont est l’homme moderne, un homme pressé. Famille, travail, loisirs, tout est fait à 100 à l’heure, à fond, rentabilité oblige. Même, et surtout, dans les rapports humains. Le pouvoir et l’argent semblent être le moteur de ce DG, comme vecteur du bonheur. Normal, on est au XXIe siècle. Jusqu’au jour où sa jeune et belle secrétaire de direction décède des suites d’un AVC. Et si les alertes de ses amis, de sa famille, étaient vraies ? Et si la décélération était la solution ? C’est presque d’une manière impulsive, comme une urgence, que Matthias rejoint un stage mi-détox, mi-slow life, dans le Sud-Est de la France. Pas de PC, pas de téléphone, juste une tente et 10 m2 d’espace. Matthias tiendra-t-il le coup ?

detox1_image1Jim (De beaux moments, L’érection…), à la fois au scénario et aux dessins des personnages, a conçu cette histoire comme un diptyque. Il s’est inspiré de l’histoire d’un proche et de comment, malgré des abords simples, décélérer est quelque chose de difficile. L’ouvrage choisit le biais de la fiction-vérité. Pas de trame rocambolesque, juste la trajectoire d’un homme puissant pris dans la tragi-comédie de l’existence. La peinture du caractère amène donc parfois à sourire – comme lorsqu’il pense rencontrer quelques filles dans ce stage – ou à éprouver de la compassion, dans ce long chemin de remise en question de soi. Par certaines rencontres, comme celle avec Adèle, jeune femme convertie à l’islam mais n’arrivant toujours pas, malgré cette conversion, à combler le vide de sens de son existence, il va évoluer, changer, et peut-être se reconnecter à lui-même. Antonin Gallo (Oubliés !, Vanadis…) et Jim livrent un dessin d’une grande douceur. Dans une gamme tantôt grise, tantôt chaude avec des tons orangés, les personnages sont représentés de manière réaliste et expressive, renforçant l’aspect fiction-réalité. Tout, dans ce dessin soigné, personnages comme décors naturels, contribue à nous faire suivre le chemin de Matthias, anti-héros auquel on s’attache au fil de l’ouvrage. Si on n’évite pas les poncifs classiques sur la vie moderne ou sur les stages de développement personnel, la BD se veut aussi, par l’expérience de Matthias, pédagogique sans être pontifiante.

detox1_image2

Commentaires

  1. loutra

    Encore une œuvre qui utilise la mort d’une femme comme prétexte pour développer l’histoire. Ce ressort scénaristique est lassant, en plus d’être misogyne. Si le reste de la BD est à l’avenant, comme le laisse penser la critique (« poncifs »), je passe mon tour.

Publiez un commentaire