Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

David B. et Guy Delisle font leur rentrée à L’Association

4 septembre 2019 |

le-mort-detective-couvL’Association publie en cette rentrée deux petits beaux livres, au format à l’italienne, qui ne sont pas des bandes dessinées : Le Mort détective de David B. et Ici ou ailleurs de Guy Delisle d’après Jean Echenoz.

David B. avait ébauché Le Mort détective dans la revue Black en 2004. Des images horizontales, numérotées, comme des têtes de chapitre d’un feuilleton fantastique du début du XXe siècle : un visuel en noir et blanc, intrigant, poétique, inquiétant, associé à un titre non moins mystérieux et une ou deux lignes de texte. Entre ces images, 108 précisément dans cet hypnotisant recueil, c’est au lecteur d’imaginer les multiples péripéties qui arrivent au Mort détective et à sa dangereuse amoureuse la Fille aux mille poignards, opposés aux terrifiants Pouple Pieu, Grand Vieillard et autres Sâdhu Sadique.

le-mort-detective-image2

 

Le Mort détective est donc un polar fantasmagorique à trous, comme un cauchemar éveillé qui ne finirait pas, au gré de l’imagination d’un écrivain perché qui jouerait des tours à son lecteur à chaque rendez-vous. Parfois, le jeu est bien trop obscur pour qu’on démêle vraiment la possible intrigue. Qu’importe, l’ensemble est suffisamment beau et entêtant pour fasciner. Et on se plaît à rêver qu’un jour, David B. croise de nouveau la route de ses personnages singuliers, pour leur faire vivre d’autres, et cette fois longues, aventures…

le-mort-detective-image1

 

À noter qu’une version luxe de l’ouvrage, limitée à 200 exemplaires, et comportant 32 pages supplémentaires d’inédits et esquisses, est en vente sur le site de L’Association au prix de 90 €.

le-mort-detective-image3

 

ici-ou-ailleurs-couvGuy Delisle propose avec Ici ou ailleurs un ouvrage d’un tout autre registre, et bien différent ce qu’il a déjà produit. En effet, point de BD ici, ni de représentation de lui-même. Juste des décors urbains, coin de rues parisiennes, façades, pavé, contre-allées, vitrines, portails. Trouvés dans les romans de Jean Echenoz, qui signe la préface, dans laquelle il écrit : « Un décor n’est pas seulement une toile de fond, pas qu’une musique de fond, c’est un organisme autonome qui ne demande pas mieux que devenir le moteur d’une histoire et, dès lors, les lieux de cette histoire peuvent être aussi importants que ses personnages: ils sont eux-mêmes des personnages. »

ici-ou-ailleurs-image1

 

L’auteur de Chroniques de Jérusalem ou Le Guide du mauvais père s’attelle ainsi à donner une autre vie à des extraits de livres de Jean Echenoz, comme Lac, Nous trois, Cherokee, Au piano ou Je m’en vais. Les quelques lignes et les dessins sont placés en vis-à-vis. Mais très vite, on remarque que Guy Delisle – avec un trait fin, réaliste, juste rehaussé de bleu-gris – s’est débarrassé de tout superflu dans ses dessins : ni passant, ni voiture, ni jeux de lumière autre que celle du soleil, ni animation dans les vitrines, ni feuille morte volant dans la brise. Juste des bâtiments, des trottoirs, des arbres. La ville, nue, désertée. L’effet produit est curieux, voire malaisant. Mais Jean Echenoz répond que ces lieux « ont de la mémoire et parlent », qu’on « peut les tenir pour des êtres vivants ». « Autant qu’une série de paysages, ce livre est donc aussi une galerie de portraits », conclut-il. Si on dépasse le côté un peu hermétique du projet, pourquoi pas. Sinon, on pourra aussi s’amuser à arpenter Paris et retrouver les lieux croqués par Delisle, des Batignolles au quai de Valmy, en passant par la rue de Rivoli.

ici-ou-ailleurs-image2

_______________________________

Le Mort détective.
Par David B.
L’Association, 112 p. 18 €, le 11 septembre 2019.

Ici ou ailleurs.
Par Guy Delisle et Jean Echenoz.
L’Association, 88 p. 19 €, le 21 août 2019.

_______________________________

Publiez un commentaire