Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Seuls sont les indomptés

4 septembre 2019 |
SERIE
Seuls sont les indomptés
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
04/09/2019
EAN
2377311059
Achat :

Un cow-boy solitaire, clope au coin de la bouche, se cuisine une boîte de beans. Coucher de soleil sur des monts arides. Quand soudain, un avion de chasse vient froisser la carte postale. Le temps du Far-West est terminé, le train va partout, l’Amérique connaît un après-guerre plutôt florissant. Mais Jack Burns, lui, veut continuer à vivre comme il l’entend, électron libre chevauchant dans le désert du Nouveau-Mexique, vivant de petits boulots et de combines. Sans rendre de compte à personne. Sauf que quand il apprend que son ami Paul est emprisonné car il refuse la conscription, il veut le faire libérer. Mais c’est lui qui va désormais être la cible des autorités, qui vont tout mettre en oeuvre pour l’appréhender.

seuls-sont-les-indomptes_image1 Max de Radiguès adapte avec brio le roman d’Edward Abbey, écrivain américain militant (1927-1989), une course-poursuite dans une Amérique en mutation, qui vire à l’acharnement absurde : police, FBI, politique, même un hélicoptère, tous veulent clouer au pilori un homme qui refuse simplement d’être un numéro comme les autres dans « la plus grande démocratie du monde ». Un insoumis que l’on veut abattre car un tel comportement ferait trembler les bases du pays – pourtant ardent défenseur des libertés individuelles… Dans les décors du désert américain, cette chasse à l’homme prend évidemment des allures de western, le décalage avec le monde moderne jouant alors à plein. En bon metteur en scène, Max de Radiguès (Bâtard, Stig et Tilde, Orignal…) propose un séquençage hyper efficace, nécessitant peu de mots ni de dialogues, et s’appuyant sur le trait toujours épatant d’Hugo Piette (Varulf, Poncho et Semelle…), dessinateur qu’on aimerait voir plus souvent dans ce type de projet. Sa ligne claire comme ébauchée et griffée, associée à des couleurs bien tranchées, offre à cet univers l’écrin idéal, un peu hors du temps. De bout en bout de ses 172 pages, Seuls sont les indomptés (titre magnifique) secoue le lecteur, l’émeut, le met en rage, et lui donne envie de se lever contre l’injustice et l’arbitraire. Chapeau !

seuls-sont-les-indomptes_image2

Publiez un commentaire