Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Les Mille et autres nuits #1

30 mars 2015 |
SERIE
Les Mille et autres nuits
ALBUM
Jaisalmer - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14.45 €
DATE DE SORTIE
13/03/2015
EAN
2803635542
Achat :

mille_et_autres_nuits_image1Dans un Orient fantastique, un légendaire joyau fait fantasmer les plus fous et les plus puissants. Un pendentif capable de transformer n’importe quelle femme en la créature la plus belle du monde. Pour mettre la main dessus, une fine équipe se monte : un magicien et sa lampe à huile mystérieuse, une femme secrète nommée Shéhérazade, le voleur Ali Baba, et un prince déchu. Mais les pièges mortels et les mauvais sorts vont se multiplier sur la route de leur quête…

Après Le Dernier Livre de la jungle, Stephen Desberg (Golden Dogs, John Tiffany, Sherman, Empire USA…) et Henri Reculé (Cassio) se plongent dans Les Mille et une nuits, pour imaginer dans une trilogie ce qu’elles ne racontent pas. Une idée intéressante, a priori. Hélas, ils mettent en scène des héros mal en point dans une histoire de chasse au trésor qui ne se révèle que peu excitante. La traque dans le désert est d’un ennui mortel, seuls les secrets des personnages retiennent quelque peu l’attention. Mais jamais assez pour s’immerger dans ce récit sans consistance et sans surprise. Le trait fin et élancé de Reculé, s’il fait mouche au début avec ses regards de braise et ses cases panoramiques, lasse rapidement par un systématisme convenu, des cadrages répétitifs, et un manque de détail. Difficile dès lors de réprimer un bâillement, et on se dit en refermant ce premier tome que les prochaines Mille et autres nuits, on les passera à dormir plutôt qu’à lire.

 

mille_et_autres_nuits_image2

Commentaires

  1. Sep

    Habituellement, la plupart des séries de Desberg commencent sur les chapeaux de roues, pour ensuite s’enliser dans l’ennui et le déjà-vu. Ce fut le cas pour le récent Golden Dogs, Miss Octobre, Empire USA et les deux séries « spin off » de IRS (All Watchers et Team), Black Op, et CAssio. Toutes ces séries étaient très bien parties mais ne menait finalement pas bien loin… A ce jour, parmi le catalogue Desberg, seul IRS et ses cycles de deux albums tient assez bien la route et se lit avec intérêt. Je ne suis donc pas surpris de votre critique concernant ce tome 1.

Publiez un commentaire