Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | March 29, 2017















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

John Tiffany #1

22 octobre 2013 |
SERIE
John Tiffany
ALBUM
Le Secret du bonheur - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
12 €
DATE DE SORTIE
27/09/2013
EAN
2803632039
Achat :

La couverture donne le ton. Un beau gosse trop sûr de lui, ombre de barbe et sourire satisfait au visage, clope et flingue en mains, dans une posture faussement nonchalante. Une grosse voiture de sport, rouge forcément. Et une Barbie blonde aussi bien carrossée que la bagnole. Le cliché, pur et dur, d’une bande dessinée 100% mecs. Heureusement, les premières pages offrent un ton différent, avec ce juste décalage dans le ton et les dialogues et ces personnages trop énormes (le pasteur encourageant le meurtre et la fornication, pourvu que les intentions soient louables; l’assistante pro-Bush au look étudié de Sarah Palin) qui font dire que John Tiffany sera peut-être autre chose qu’une série bêtement virile. Mais plus l’intrigue avance, plus le doute est permis…

john_tiffany_couvCar les aventures de ce chasseur de primes nageant dans le fric, peinant à être un papa responsable et tombant amoureux d’une cultivée prostituée ukrainienne, finissent par tourner à l’exercice de style un peu vain. La tentative de Stephen Desberg (Le ScorpionI.R.$.…) de mettre du sang neuf dans le thriller d’action, en prenant garde (ouf!) de ne pas verser dans la parodie, si elle est évidemment louable, se révèle contre-productive. En effet, l’humour et le rythme enlevé offrent une première partie agréable, mais le scénariste ne parvient pas à maintenir le niveau et surtout à se renouveler, et son premier tome accumule alors les situations ahurissantes et les voix off lourdingues – qui faisaient sourire au début, mais qui usent à la longue. Et qui font retomber John Tiffany dans la catégorie des BD ras-les-pâquerettes. Reste le chouette dessin péchu et tramé de Dan Panosian, avec ses bonnes bagarres, ses jolies filles et ses clinquantes voitures – mais là aussi, c’est un peu cliché. Après I.R.$. – All WatcherEmpire USA, ou Miss Octobre, les fictions « américaines » de Mr Desberg déçoivent une nouvelle fois.

Publiez un commentaire