Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Éclat(s) d’âme #1-2

22 juin 2018 |
SERIE
Éclat(s) d'âme
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
7.95 €
DATE DE SORTIE
16/05/2018
EAN
2369743093
Achat :

La vie de Tasuku bascule le jour où ses camarades de classe découvrent une vidéo porno gay sur son téléphone. Désespéré, l’adolescent commence à penser au suicide lorsqu’il croise le chemin d’une jeune femme énigmatique. Celle-ci le mènera jusqu’à un salon de discussion où se réunissent des personnes qui, tout comme lui, peinent à trouver leur place dans une société qui accepte mal la différence.

eclats-d-ame-image1Après Le Mari de mon frère, Akata continue sur la lancée des titres à dimension sociétale avec ce récit manifestement très personnel de Yuhki Kamatani. L’auteur·e X-gender y aborde des thématiques liées à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle avec une profondeur et un sens de la nuance remarquables. Les personnages attachants donnent une vision réaliste de ce que peut être le quotidien des personnes LGBT+ dans la société japonaise, loin des archétypes et des clichés qui abondent généralement dans les mangas ou ailleurs.

Allant plus loin que la dénonciation de l’homophobie « ordinaire », celle des moqueries et des attaques physiques, Éclat(s) d’âme montre aussi la violence symbolique des non-dits et de l’incompréhension, et traite des façons différentes que chacun a d’aborder son coming out. Au-delà de cet aspect de sensibilisation, la série prend une dimension presque fantastique avec le personnage de l’hôte, la mystérieuse propriétaire du salon de discussion, dont on ne sait pas vraiment si elle est réelle ou s’il s’agit d’une sorte de fantôme venu d’un autre temps.

Graphiquement, Kamatani livre des pages qui regorgent de métaphores visuelles oniriques mises en valeur par un trait soigné et lumineux, qui laisse la part belle aux émotions de ses protagonistes.

Poétique et bouleversante, Éclat(s) d’âme s’affirme comme une série d’une rare justesse qui prône la tolérance envers les autres et envers soi-même. On signe sans hésiter pour le troisième tome, qui sera aussi l’avant-dernier, prévu pour le mois d’août.

SHIMANAMI TASOGARE ©2015 Yuhki Kamatani / Shogakukan Inc.

eclats-d-ame-image2

Commentaires

  1. J’ai débuté cette série en pensant découvrir un univers des LGBT nettement plus ouvert d’esprit… je pensais vraiment que les mentalités avaient évoluées, mais après en avoir discuté avec des amis, cela ne semble pas être le cas. J’ai hâte de découvrir comment cela évoluera. Cela ne rappelle d’ailleurs que le tome 3 est sorti mais que je ne l’ai pas encore acheté ! Il faudra que j’y remédie rapidement.

Publiez un commentaire