Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sélection Comics – Demo

23 octobre 2017 |

demo_couvLa Sélection Comics vous propose un focus sur un titre anglo-saxon qui vous sortira de la routine super-héroïque. Zoom sur la mélancolique et tendre Demo, série d’histoires courtes faussement héroïques, fruit d’une collaboration qui a mûri sur plus de 8 années entre le scénariste Brian Wood et la dessinatrice Becky Cloonan.

La fatigue qui nous guette tous face à l’omniprésence des superhéros en librairie, au cinéma et à la télévision ne doit pas faire oublier le formidable réservoir d’histoires que le genre demeure capable de générer. Entre les mains d‘auteurs inspirés, il reste modulable à l’infini : la preuve avec Demo, formidable saga culte signée Brian Wood (Starve, Local) et Becky Cloonan (La Vraie Vie des fabuleux Killjoys), qui s’y confronte de dix-huit manières différentes pour autant de courtes histoires indépendantes, rassemblées par Glénat dans une belle intégrale de 500 pages en noir et blanc.

La plupart de ces « nouvelles graphiques » ont en commun les étranges pouvoirs (immortalité, force herculéenne…) dont sont dotés leurs protagonistes. Mais à part ça, rien à voir avec les licences Marvel ou DC. L’héroïsme en tant que tel n’est pas vraiment au programme des récits intimistes, initiatiques souvent, qui composent Demo. Le fantastique sert surtout ici de révélateur au mal-être ou aux interrogations de jeunes gens d’humeur plutôt morose. La tonalité d’ensemble est clairement mélancolique. Le passage de l’enfance à l’adolescence puis à l’âge adulte est jalonné de difficultés et de drames : tragédies et secrets familiaux, décès, séparation, etc., déclinées dans des nuances plus ou moins sombres.

demo_image1

demo_image2C’est en tout cas, littéralement, ainsi que la dessinatrice Becky Cloonan a abordé les 12 premiers épisodes publiés à l’origine en 2002-2004. Elle n’a alors que 22 ans : la technique est encore hésitante mais dans ses tentatives de se frotter pour chaque histoire à un style différent (minimalisme indé, épuration et trames manga, crayonné fougueux, à plats noirs puissants…), selon le degré de noirceur de l’intrigue, on est témoin de son cheminement artistique.

Celui-ci a porté ses fruits dans les six dernières histoires, publiées elles en 2010. Les droits de la série étaient revenus à leurs créateurs qui décidèrent devant la réputation gagnée au fil des ans par le run originel, de s’y recoller pour une poignée d’épisodes inédits. C’est une autre Cloonan, plus affirmée, que l’on retrouve : sûre d’elle et de son style personnel, nourrie d’expérimentations désormais digérées. De même, on sent que Wood avait en huit ans souvent songé à Demo, et mis de côté quelques belles idées pour une éventuelle reprise. L’argument super-héroïque est plus lointain mais il y a dans ces histoires bouleversantes (la figure récurrente des brimades et violences vécues enfant), cruelles (une fable cannibale glaçante) ou plus tendres (une jolie histoire d’amour par Post-it interposés), la même liberté qu’auparavant. Avec quelque chose de plus abouti, de plus direct. De la maturité en fait, tout simplement.

____________________

Demo.
Par Becky Cloonan et Brian Wood.
Glénat, 496 p., 30 €, mai 2017.
____________________

demo_couv4

Publiez un commentaire