Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Kilum

24 octobre 2017 |
SERIE
Kilum
ALBUM
Rencontre avec les Himbas
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
17 €
DATE DE SORTIE
23/08/2017
EAN
2368460756
Achat :

Éprouvé par une rupture amoureuse et la liquidation de sa société, Vincent a besoin de changer d’air. Cet entrepreneur se retrouve ainsi, par le hasard des rencontres, à venir vivre plusieurs mois en Namibie. Accueilli dans un village perdu dans le bush, sans la moindre connaissance de la langue locale, Vincent va devoir s’adapter au mode de vie frugal des Himbas, à mille lieux de son confort occidental.

kilum-image1Mélangeant observations ethnographiques et quête de sens personnelle, ce récit tiré de l’expérience de Vincent Lemonde est une lecture plutôt agréable, qui a le mérite de nous faire découvrir une culture méconnue et pour le moins dépaysante. Le portrait de la communauté himba est réussi, si bien que l’on ressort de l’album en ayant presque l’impression de les connaître. L’intégration de Vincent dans le village est racontée non pas linéairement, mais plutôt comme une série d’anecdotes souvent sans lien direct, un parti pris plutôt original même s’il rend la chronologie du séjour un peu difficile à suivre.

Quelques remarques un peu agaçantes du narrateur sur l’hygiène des locaux, et sa critique des touristes occidentaux à la recherche d’exotisme (n’est-ce pas ce qu’il vient lui-même chercher ?), viennent également quelque peu ternir le tableau du travail sinon sérieux de Vincent Lemonde sur les mœurs du village.

Samuel Figuière (L’Esprit à la dérive, La Voie des chevriers) adapte bien son trait au style « carnet de voyage ». Il en ressort des compositions agréables et des portraits fidèles des villageois, malgré quelques expressions un peu maladroites et une certaine rigidité.

L’album réussit en tout cas son pari, puisqu’en le refermant, on se demande pourquoi nous aussi, on n’irait pas faire un tour de l’autre côté du monde, là où tout semble plus simple. Mais tout le monde n’a pas les ressources ni le culot de Vincent, et pour les Himbas, c’est peut-être finalement mieux comme ça.

kilum-image2

Publiez un commentaire