Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 26, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Starve

18 mai 2017 |
SERIE
Starve
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
22.50 €
DATE DE SORTIE
14/04/2017
EAN
B01NGTNG6A
Achat :

Il y a deux Brian Wood : l’auteur de romans graphiques intimistes (Demo, Local) et l’auteur de séries B énervées dans lequel le monde est souvent un champ de bataille (DMZ, Northlanders, Rebels). Starve, un gros récit complet de 250 pages paru chez Image et que sort Urban en France, réconcilie en quelque sorte ces deux sensibilités. Dans le futur qu’y dépeint Wood, la guerre se déroule en cuisine. Mais c’est la bataille des cœurs qui importe à l’arrivée.

starve_image1Starve, c’est d’abord un programme de télé type Top Chef où tous les coups sont permis. À chaque émission, des défis toujours plus indécents forcent les candidats à cuisiner des plats hors de prix, ou bien la viande d’espèces protégées sans aucun respect pour la crise alimentaire et environnementale que subit la populace. Le chef Gavin Cruikshank, une sorte de Gordon Ramsay, grande gueule dotée d’une conscience sociale, croyait en avoir terminé avec ce monstre qu’il a lui-même créé. Rattrapé par un contrat qui le lie à la chaîne, il va devoir se remettre aux fourneaux sous l’œil des caméras, mais n’a pas dit son dernier mot.

La relecture attendue, sauce comics, du Festin Chinois, le film de Tsui Hark sur un concours culinaire filmé comme un film de sabre, laisse cependant un peu sur sa faim. De cuisine musclée, il est question avec quelques pugilats bien sentis. Et même quelques recettes délivrées à l’intention des foodies. Mais une deuxième intrigue, familiale, prend peu à peu le pas sur le reste. Gavin ferraille en effet en coulisse avec son ex-femme, à propos du show, qu’elle produit, mais aussi à propos de l’attention et de l’affection de leur fille. Gavin n’a pas élevé la jeune femme, Angie, aujourd’hui âgée de 18 ans, mais se rapproche d’elle. À son contact, il trouvera une forme d’apaisement. Starve s’en trouve du coup moins relevé que ce que laissaient augurer les premiers chapitres. Ce qui manque d’assaisonnement dans la narration est heureusement rattrapé par le dessin riche en aspérités de Danijel Zezelj (Luna Park, Babylone). Au menu : personnages au visage taillé à la serpe ultra-expressifs, contrastes marqués et environnements urbains monumentaux. Rien que pour son travail, Starve mérite ses 3 étoiles au Michelin.

starve_image2

Publiez un commentaire