Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 10, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Encore une partie de campagne gâchée par le crocodile

18 janvier 2016 |
SERIE
Encore une partie de campagne gâchée par le crocodile
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
15 €
DATE DE SORTIE
28/11/2015
EAN
2366241739
Achat :

Encore une partie de campagne gâchée par le crocodile… Titre à rallonge pour strips ravageurs ! Du même auteur, on avait beaucoup aimé le mélancolique et burlesque La Gigantesque barbe du mal. Dans un autre registre – l’humour british –, Stephen Collins épate. Recueil de strips en couleurs parus dans The Guardian, ce volume enfile les blagues courtes à l’humour protéiforme, explorant l’absurdité de la modernité, la bêtise ambiante (« Le collectionneur de cons »), les travers de nos sociétés. Sans négliger une forme de tendre poésie visuelle, comme cette rue fatiguée des boutiques vides, des bookmakers et du vomi, partie rendre l’âme au fond des mers.

Collins croque, se moque, ridiculise les puissants (voir Poutine et ses abdos ou l’émouvante histoire de Kim et de son missile) confère une âme au quotidien ou capte une anecdote à portée universelle (le bunker à combler le retard des séries TV interminables).

crocodile

 

L’auteur crée ainsi un petit univers cynique et mordant, où le nonsense british fait mouche comme rarement. L’élégance comique associée à des couleurs douces et mise en lumière par un dessin minimaliste à la ligne sobre et fouillée, rappelle Tom Gauld et son jetpack, mais surtout impose Collins comme un auteur complet. Dans le format court et périlleux du strip, faire (sou)rire relève presque du défi impossible. Mais Collins maîtrise son sujet haut la main (bien aidé par l’excellente traduction !) : intelligence du verbe, bons mots, cocasserie jamais gratuite et ton piquant se marient pour un résultat d’une drôlerie sans pareil. À savourer lentement dans un joli format à l’italienne.

 

crocodile2

Publiez un commentaire