Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« Hôtel Atlantide », villégiature bizarre et baroque de Serge Kliaving

10 juillet 2019 |

hotel-atlantide_couvAprès le drôle et absurde Le Bruit des mots, les éditions Le Tripode publient un véritable ovni graphique : Hôtel Atlantide de Serge Kliaving.

Voici un hôtel austère. Les chambres sont sommaires, vieillottes, monacales. Un lit défraîchi, un vieux sommier, un lavabo hors d’usage, des pièces sans âme. Moins un hôtel qu’une prison. Moins un hôtel qu’un hôpital. La première impression est donc rétive. La seconde se penche sur ces étranges personnages flottant au milieu de nulle part : des pieuvres, des poissons, des écrevisses, des monstres fantastiques, des hommes cravates. Moins un hôtel qu’un aquarium suspendu aux facéties surréalistes du monde.

Une tête ose un regard, un homme rame sur un parquet, la lumière s’immisce poliment dans un monde tendu vers l’éclosion et l’attente semble parfois interminable, sans but. Moins un hôtel qu’un hall de gare. Un lieu de l’attente et du renoncement, qu’on devine rempli de souffrances mais d’où filtre la possibilité d’un ailleurs, du rêve éveillé.

On y flotte, on s’y interroge, on y fait le deuil de ce que l’on ne sera jamais ou de ce que l’on ne verra plus. Un quotidien hors du temps qui confronte l’ordinaire et le fantastique, qui fait se télescoper le quidam et des créatures extraordinaires.

hotel-atlantide_image1

 

Troisième impression produite par ce livre d’un artiste parisien bientôt sexagénaire, qui a produit par ailleurs de nombreux détournements de figures de comics (X-Men, Batman, Mickey…) : calme étrange et précaire. Doux sentiment de bizarrerie, imaginaire baroque entre effroi et volonté de s’engouffrer dans le néant, souligné par la technique de la carte à gratter, sombre et évocatoire. L’onirisme et la fantaisie dessinent alors un lieu de transition, lézardé de mille histoires, comme un purgatoire d’un nouveau genre. Et un hôtel qui n’a sans doute jamais autant enfermé de récits et de souvenirs. À vous l’errance, à vous les rêves et les cauchemars. Quelque part entre Kafka et Beckett : bienvenue à l’Hôtel Atlantide.

______________________

Hôtel Atlantide.
Par Serge Kliaving.
Le Tripode, 48 p., 21 €, mai 2019.

______________________

hotel-atlantide_image2

Publiez un commentaire