Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 18, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Jean-Claude Mézières est mort

23 janvier 2022 |

jean-claude-mezieres_photoL’auteur de bandes dessinées Jean-Claude Mézières, célèbre pour avoir dessiner les aventures de Valérian et Laureline, est décédé le 23 janvier à l’âge de 83 ans.

Né en 1938 à Paris, Jean-Claude Mézières rencontre dès 1944, dans une cave servant de refuge contre les bombardements, celui qui sera son complice de création jusqu’à la fin de sa carrière, Pierre Christin. La bande dessinée le happe dès l’enfance, et il dévore les aventures d’Arys Buck dessinées par Albert Uderzo, puis Le Journal de Tintin, puis Spirou.

Il fait remarquer ses dessins dès 1952, produisant quelques histoires courtes inspirées de ses lectures, notamment par un épisode de Spirou par Franquin, Les Chapeaux noirs. Il entre ensuite à l’École des arts appliqués, en section tissus et papiers peints, et y rencontre Pat Mallet et Jean Giraud. Et publie sa première BD en 1955, un western dans la revue Coeurs vaillants.

Jean-Claude Mézières rencontre Franquin et Jijé, fait son service militaire entre 1958 et 1961 (il reviendra d’Algérie avec de profondes convictions antimilitaristes), et se fait embaucher par Hachette comme maquettiste puis illustrateur. Après une expérience comme assistant-photographe de Benoit Gillain, le fils de Jijé, il s’envole en 1965 pour le pays qui le faisait rêver: les États-Unis. Il y fait un peu le cow-boy, pour de vrai, et est hébergé son ami Pierre Christin, qui enseigne là-bas, à Salt Lake City. C’est lui qui raccrochera Jean-Claude Mézières à la bande dessinée : ils publieront ensemble des deux histoires courtes dans Pilote en 1966.

jean-claude-mezieres_1983

jean-claude-mezieres_valerianC’est cette année-là que le dessinateur revient en France, et rencontre René Goscinny et Jean-Michel Charlier, rédacteurs en chef de Pilote. Pour qui il dessine une nouvelle histoire de Pierre Christin, Le Chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions, et une signée Fred. L’envie d’une série au long cours se fait jour… Ce sera Valérian et Laureline, agents spatio-temporels, dans une première aventure de trente planches, en 1967, Valérian contre les mauvais rêves. Une saga de science-fiction palpitante, profonde et novatrice, qui influencera la SF du monde entier, à commencer par le Star Wars de George Lucas – comme on avait pu le constater lors d’une belle exposition à Quai des bulles en 2014. Valérian compte au final 22 tomes pour sa série principale, publiés jusqu’en 2010 (chez Dargaud).

Si Jean-Claude Mézières s’est principalement consacré à Valérian et Laureline toute sa carrière, il a publié aussi dans Métal Hurlant, Fluide glacial et (À Suivre). Et a aussi signé Lady Polaris avec Pierre Christin (Casterman, 1987). Salué par le Grand Prix de la ville d’Angoulême en 1984, Jean-Claude Mézières a également travaillé pour le cinéma, et notamment Le 5e Élément de Luc Besson, qui adaptera bien plus tard l’univers de Christin et Mézières au cinéma, dans Valérian et la Cité des mille planètes.

En septembre dernier, Dargaud publiait le beau livre L’Art de Mézières, à l’occasion duquel l’artiste disait : « On fait le ménage et on s’en va ! Il s’agit bien évidemment de mon ultime livre. À 83 ans, il vaut mieux fermer la porte et se retirer sans faire trop de bruit… » Cet humble et talentueux auteur a donc rejoint les étoiles, le 23 janvier dernier. En toute discrétion, mais laissant une oeuvre magistrale et incontournable dans l’histoire du 9e art.

jean-claude-mezieres_valerian2

Publiez un commentaire