Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 18, 2019

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Kill or be killed #4

24 juin 2019 |
SERIE
Kill or be killed
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
16.50 €
DATE DE SORTIE
22/02/2019
EAN
2413013431
Achat :

Dylan se retrouve dans un asile psychiatrique, entouré de patients et d’un nouvel ami, Fenton, le médecin en chef. Le tueur à la cagoule rouge aurait-il été démasqué ? Tout le laisse croire jusqu’au jour où Dylan apprend que, la nuit précédente, le serial killer a encore frappé. Doublé par un imitateur, le vrai justicier masqué risque bien de s’en sortir. Mais, pour tout dire, ça ne l’enchante guère car ce fichu démon s’échine à le poursuivre en tout temps et tout lieu… Hanté, il va pourtant devoir trouver une porte de sortie.

kill-or-be-killed4_image1Régal total ! Le duo Brubaker/Phillips (Criminal, Incognito, Fatale, Fondu au noir…), peut-être jamais aussi sombre et désespéré que dans ce tome 4, achève en fanfare ce récit de tueur en série à la première personne. Toujours sur un fil entre le roman noir et le thriller fantastique, le feuilleton demeure palpitant de bout en bout, tout au long de ces 160 pages de haut vol. Couleurs enchanteresses, rythme haletant, découpage et mise en scène au cordeau, équilibre parfait de la voix off et des dialogues d’une rare puissance, le duo balade son lecteur avec un malin plaisir jusqu’à la scène finale. C’est bien simple, on a tout ce que l’on attend d’un récit de ce genre : des surprises ou des rebondissements nourris par ces flash-forward casse-gueules et surtout une réflexion, fluide et jamais plombante, comme on n’en lit jamais. La tentation de l’apocalypse, le mal et ses déclinaisons crépusculaires, l’éternel retour de la violence et une société aliénée car corrompue jusqu’à la moëlle, qui trouve dans la justice expéditive le seul moyen de résoudre les conflits. Sans éluder l’ambiguïté du code moral de Dylan (qui ne tue que des malfrats), évidemment critiquable. Reste ce personnage complexe avec ses mystères et ses névroses, déjà condamné mais persistant dans son être et ses failles. Touchant et terriblement accrocheur. Si Kill or be killed est si fort, c’est qu’au-delà d’être une belle synthèse entre comics mainstream et indé, la série est une véritable œuvre littéraire, d’une intelligence et d’une profondeur folles. Au moins l’égal de Criminal, sinon plus. Chers lecteurs, contemplez la déchéance. Et vous, Messieurs Brubaker/Phillips, continuez !

kill-or-be-killed4_image2

Publiez un commentaire