Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Fatale #3

18 juin 2014 |
SERIE
Fatale
ALBUM
A l'Ouest de l'Enfer - 3
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
14.95 €
DATE DE SORTIE
21/05/2014
EAN
2756060348
Achat :

Si les doutes étaient permis au début de la série, ils se sont largement dissipés depuis. Au centre de la toile, toujours une belle brune aussi fascinante, qui ensorcelle et foudroie sur place tous les hommes avec son regard de braise. Nouveauté, elle rencontre des semblables sur qui elle n’a aucun effet, des hommes justement membres de congrégations occultes. Et quand elle se fait tuer, elle renaît ailleurs, à une autre époque, au Texas en 1936, dans une clairière au Moyen-Âge ou dans les ruines encore chaudes des villes bombardées en 1943… À la fois sorcière et hors-la-loi douée de visions prophétiques, la vampire cristallise peurs et désirs, croit tirer les ficelles avant d’être elle-même prise au piège. Et un livre circule, relais où se terre son secret…

fatale3_image1Le duo Ed Brubaker-Sean Phillips, très en forme et plus que jamais complice (Criminal, Incognito, Ed Brubaker présente Catwoman…), creuse un peu plus le mystère entourant la femme fatale, avatar immortel incapable de saisir son propre pouvoir maléfique. Se détachant clairement du feuilleton noir pour aller vers l’horreur fantastique façon H.P. Lovecraft, le récit prend son envol avec cette quête de sens contenue dans la question de l’origine du Mal. Quatre femmes, quatre résurrections, autant d’histoires et de lieux qui dynamisent une narration captivante portée par une voix-off bien dosée et un ton juste, l’intrigue mêlant tatouages protecteurs, savoir occulte et légendes ancestrales sans jamais verser dans le grand-guignolesque. Le tout hanté par de flippantes créatures démoniaques nées de l’enfer. Au dessin, l’excellent Sean Phillips alterne petites et larges cases chargées de noir dans des scènes de violence morbide, ou saisit l’effroi sur un visage sans jamais flancher. Un constat : les fictions ambitieuses et intelligentes, à mi-chemin entre comics d’auteur et divertissement mainstream, ne sont finalement pas légion. Profitons-en.

fatale3_image2

Publiez un commentaire