Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

12 Comments

La Métamorphose °

9 mars 2009 |

la_metamorphose_couv.jpgnon.jpgPar Horne et Eric Corbeyran, d’après Franz Kafka. Delcourt, 9,95 €, le 4 mars 2009.

C’est désormais un lieu commun: toutes les grandes oeuvres littéraires ne font pas de bonnes bandes dessinées. Et malgré leur talent, le scénariste Eric Corbeyran et le dessinateur Horne ne parviennent pas à transcrire le malaise qui baigne La Métamorphose, chef d’oeuvre dépressif de Franz Kafka. Fidèle, cette adaptation ne décolle jamais vraiment, et ne provoque chez le lecteur qu’un certain dégoût face à la bête, et non l’angoisse que réussissait à instiller l’écrivain.

Petit rappel de l’histoire: Gregor est représentant de commerce laborieux, qui vit avec ses parents et sa soeur. Mais un matin, il se réveille transformé en cafard géant. Sa famille, au départ affolée, va peu à peu changer de regard sur lui. Texte aux multiples interprétations possibles, La Métamorphose est un roman sur le poids des conventions sociales et religieuses, en même temps qu’un conte fantastique. L’adaptation BD se contente du second aspect, enchaînant des séquences pourtant terribles (quand le père commence à frapper Gregor, quand sa mère est frappée d’effroi à sa vue, quand de polis locataires imposent leur présence dans l’appartement) comme autant de plates anecdotes. La dimension sociale et psychanalytique de cette oeuvre publiée en 1915 tombe alors dans l’oubli. Reste cependant le beau dessin de Horne, aux noirs profonds évoquant Mignola, et sa superbe couverture.

Achetez La Métamorphose sur Amazon.fr

la_metamorphose_image.jpg

Commentaires

  1. Mais qu’est ce qu’ils ont tous à écrire sur Kafka en ce moment ?

  2. Mais qu’est ce qu’ils ont tous à écrire sur Kafka en ce moment ?

  3. A qui pensez-vous?

  4. A qui pensez-vous?

  5. Je pensais notamment à Curt Leviant et son Enigme du fils de Kafka (dont il avait déjà parlé dans son Journal adultère) et à l’écrivain hongrois Attila Bartis, dans Promenade.

  6. Je pensais notamment à Curt Leviant et son Enigme du fils de Kafka (dont il avait déjà parlé dans son Journal adultère) et à l’écrivain hongrois Attila Bartis, dans Promenade.

  7. Benjamin

    Ce qui m’attriste dans les adapatations BD c’est qu’elles tournent souvent autour des memes oeuvres; Pinocchio, Dracula, Jules Verne, la Bible, Agatha Christie, Frankenstein, Stevenson, Peter Pan…
    Ensuite, c’est l’obstination des auteurs a refaire ce qui a deja ete fait; la metamorphose a deja ete adaptee par Peter Kuper qui a fait un travail admirable. IL y a tant d’oeuvres interessantes, pourquoi refaire inlassablement les memes choses?

  8. Benjamin

    Ce qui m’attriste dans les adapatations BD c’est qu’elles tournent souvent autour des memes oeuvres; Pinocchio, Dracula, Jules Verne, la Bible, Agatha Christie, Frankenstein, Stevenson, Peter Pan…
    Ensuite, c’est l’obstination des auteurs a refaire ce qui a deja ete fait; la metamorphose a deja ete adaptee par Peter Kuper qui a fait un travail admirable. IL y a tant d’oeuvres interessantes, pourquoi refaire inlassablement les memes choses?

  9. Fridjoe

    Hum tiens ça n’a rien à voir, je vous coupe dans votre débat fort intéressant, mais j’ai eu vent d’une adaptation d’une BD française par le cinéaste Bong Joon Ho (The Host). En savez-vous plus ?

  10. Fridjoe

    Hum tiens ça n’a rien à voir, je vous coupe dans votre débat fort intéressant, mais j’ai eu vent d’une adaptation d’une BD française par le cinéaste Bong Joon Ho (The Host). En savez-vous plus ?

  11. bonjour,

    Pas d’accord avec les réticences de l’article. On entend la voix de Gregor, sa communication va s’amenuisant, son desespoir, grandissant. Il y a même de l’humour noir. J’ai été impressionné par cette lecture du récit de kafka (que je connais un peu) > http://bit.ly/V4OkWW

  12. bonjour,

    Pas d’accord avec les réticences de l’article. On entend la voix de Gregor, sa communication va s’amenuisant, son desespoir, grandissant. Il y a même de l’humour noir. J’ai été impressionné par cette lecture du récit de kafka (que je connais un peu) > http://bit.ly/V4OkWW

Publiez un commentaire