Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 24, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La Vie mystérieuse, insolente et héroïque du Dr James Barry

6 octobre 2020 |
SERIE
La Vie mystérieuse, insolente et héroïque du Dr James Barry
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
19 €
DATE DE SORTIE
27/08/2020
EAN
236846249X
Achat :

james-barry-image1Dans un XIXe siècle de fausses lumières et de vrai conservatisme, le docteur James Barry met tout en oeuvre pour faire progresser la médecine et le respect des être humains, dans les colonies britanniques d’Afrique du Sud. Son apparence juvénile ne l’empêche pas d’imposer son autorité au sein de l’institution militaire dont il dépend, et ses résultats parlent pour lui. Mais sous l’uniforme et la prestance se cache un secret : le bon docteur est une femme.

Isabelle Bauthian s’est emparée de l’histoire vraie de Margaret Bulkley devenue le docteur James Barry, grâce au soutien d’un groupe d’aristocrates progressistes et facétieux. Qui ont souhaité permettre à une jeune femme brillante de réaliser son rêve de devenir médecin, à une époque où cette carrière était réservée aux hommes. Ce plan audacieux, elle l’explique par de furtifs flashbacks disséminés au fil de la narration, comme des cartes postales du passé. Car la scénariste (Dragon et Poisons, Le Prétexte, Havre…) préfère montrer son héroïne dans l’action et brosser le portrait d’une grande professionnelle, têtue jusqu’à l’obsession, pour qui le travestissement n’est qu’un moyen pour atteindre ses objectifs. Une contrainte tout de même terrible car elle la pousse au secret, à la torture physique de se bander les seins et à ne pas envisager d’amours publiques. Mais l’émotion vient davantage de sa relation aux autres que ses propres turpitudes, et c’est sans aucun doute le point fort de ce parti pris scénaristique. L’émotion vient aussi, évidemment, du dessin tout en grâce, légèreté et espièglerie d’Agnès Maupré (Au bonheur des dames, Le Chevalier d’Éon, Milady de Winter…), aussi à l’aise dans les scènes dialoguées que dans les moments plus silencieux, centrés sur une gestuelle précise et évocatrice. Ses traits d’encres colorées virevoltent, sautillent, se cabrent, se tordent, et donnent toute leur vie au récit d’Isabelle Bauthian. Une réussite.

james-barry-image2

Publiez un commentaire