Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Teckel #2

2 novembre 2015 |
SERIE
Le Teckel
ALBUM
Les Affaires reprennent - 2
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
16 €
DATE DE SORTIE
07/10/2015
EAN
2203096543
Achat :

le_teckel2_imageLe Teckel, pseudo de Guy Farkas, ex-VRP d’un grand groupe pharmaceutique, reprend du service. Après un bref séjour au Brésil avec sa maîtresse, il est mandaté par de mystérieux commanditaires pour retrouver Merchon, n°2 du groupe pharmaceutique Duprat, homme-clé du scandale Marshall… S’en suit une série de rencontres cocasses et de rocambolesques situations qui démontrent encore une fois que Guy Farkas est toujours l’homme de la situation !

Hervé Bourhis (Le Teckel, Juniors, Le petit livre des Beatles…) reprend les aventures de ce personnage truculent, sorte d’OSS117 au physique de Jean-Pierre Marielle. Dans ce XXIe siècle qui le dépasse, Farkas semble bloqué dans les années 70. Le personnage est irrésistible, ses répliques imparables. Le ton est sans faute. On regrette cependant la quasi-disparition de Jérémy, ex-collègue, avec qui il formait un duo intéressant et qui avait fait l’intérêt du tome 1. Quelques personnages émergent toutefois : un barbouze ressemblant à l’acteur Michael Lonsdale jeune, la mère de Jérémy, femme aux moeurs très libres, et surtout la fille de Farkas, adolescente ultra- connectée, qui remplace finalement Jérémy dans le décalage générationnel.

Le trait de Bourhis est simple, plaisant, dynamique. On retrouve avec plaisir l’univers visuel du premier opus et ses planches monochromes qui aident à une lecture facile. C’est au niveau du scénario que le bât blesse. En privilégiant la succession de situations absurdes – et franchement drôles –, Hervé Bourhis en oublie la tension qui faisait du premier Teckel une réussite. Finalement, l’intrigue (retrouver Merchon) ne semble qu’un prétexte à enchaîner des répliques ciselées… Mais ce n’est pas suffisant.

Publiez un commentaire