Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du blog : BD coréenne

27 octobre 2006 |

FAITES LE BON CHOI !

Hanguk, collection de manhwas lancée par Casterman, souhaite aborder le manga coréen «avec une politique éditoriale d’auteur». Traduction de ce jargon : trouver et soutenir des dessinateurs talentueux. C’est le cas de Choi Kyu-Sok, dont deux des titres sont disponibles : L’Amour est une protéine et Le Marécage (1).
Choi Kyu-Sok, jeune trentenaire est au début de sa carrière, diplômé du département de bande dessinée de l’université de Sang Myung, cherche à vivre de la BD sans faire des manhwas commerciaux. Il y parvient en publiant dans la presse et en proposant un atelier virtuel de formation à la BD sur le net. Pourquoi Choi Kyu-Sok ne veut-il pas faire de manhwas industriels? Par la faute de ses quatre sœurs qui l’ont initié à la littérature. Résultat, il invente des histoires empreintes de surréalisme et de fantastique, inscrites dans une réalité sociale cynique, grave, voire cruelle. Comme dans cette étonnante nouvelle, L’Amour est une protéine. S’y côtoient des hommes et des êtres animaliers, dont un poulet obligé de sacrifier son poussin pour nourrir une bande d’étudiants sans compassion. Après avoir digéré le petit poulet, l’un d’entre eux laissera s’échapper l’âme du poussin en un vent à sa mémoire!
Choi Kyu-Sok anime son imagination débordante par un dessin qui oscille entre réalisme détaillé et caricature esquissée. L’Amour est une protéine réunit ses premiers travaux et permet de goûter à ses différentes recherches graphiques (de la plume au crayon, en passant par l’aquarelle). Marécage expérimente le traitement informatique avec talent, en sachant éviter la froideur de la technique.
Choi Kyu-Sok, un nom à découvrir et à retenir!
Allison REBER

1) À lire aussi chez Kana, Nouilles Tchajang.
© Images Hanguk

Publiez un commentaire