Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du blog : EL NIÑO

29 juin 2006 |

El Niño #5 © Humanoïdes associés.
PELLERIN, PERRISSIN MÊME COMBAT (NAVAL)

« Le romantisme qu’on glisse dans les histoires de pirates m’agace. Les pirates étaient des criminels sans foi ni loi qui tuaient, violaient, pillaient. On en a fait des modèles. Je préfère le corsaire qui défend son pays tout en gagnant sa vie. C’est plus honorable. » Ce coup de sang que Patrice Pellerin, l’auteur de L’Epervier, lançait dans BoDoï 98, est toujours d’actualité. Car si les corsaires ont disparu, les pirates, eux, existent toujours et coûtent des sommes pharamineuses aux compagnies d’assurance, même si on en parle peu. Il ne faut surtout pas décourager les touristes avides de destinations lointaines !
Ces pirates du XXIe qui, comme leurs ancêtres des temps anciens, tuent, violent et pillent sans le moindre état d’âme, on les retrouve dans la belle série El Niño imaginée par Christian Perrissin et dessinée par Boro Pavlovic. Un sujet que Perrissin connaît bien puisqu’il scénarisa les quatre derniers Barbe Rouge – dessinés par Marc Bourgne – et imagina l’intéressante Jeunesse de Barbe Rouge, en cinq tomes (Dargaud), mise en images par l’Espagnol Daniel Redondo.
Dans Le Paria de Célèbes qui clôt le premier cycle d’El Niño, Véra l’infirmière tzigane va enfin retrouver son frère jumeau dont elle a été séparée dès la naissance. Si elle a choisi de soigner, lui a rejoint ceux qui rançonnent au large des côtes thaïlandaises et dans les villages du bord de mer. Véra se retrouvera sur un îlot perdu où les pirates abusent d’une centaine de jeunes femmes. Un représentant de l’ONU prendra une balle dans la tête pour avoir osé les défier. Et Véra sera face à son frère. Une première et une dernière fois…
Se basant sur une documentation fouillée et une intrigue contemporaine crédible, jouant la carte de la grande aventure tout en présentant des personnages auxquels on croit, El Niño échappe à l’angélisme de séries dans lesquelles l’humanitaire est forcément nappé de bons sentiments. Le dessin du Yougoslave Boro Pavlovic (Roxalane) est à la fois sombre et réaliste. Pour ceux qui cherchent un beau cadeau bourré de belles images et où il y a vraiment à lire.

El Niño #5 : Le Paria de Célèbes par Boro Pavlovic et Patrice Pellerin, Humanoïdes associés.

Publiez un commentaire