Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du blog : « FANTAGAS »

11 octobre 2006 |

Scène finale de « Fantagas »

L’ART DU NINE

Pour trouver l’inspiration, Carlos Nine n’a pas besoin de voyager dans des contrées éloignées. Il lui suffit d’observer dans sa maison sa chatte amoureuse d’un chapeau melon, de tracer un gribouillis en téléphonant et de trouver un vieux tire-bouchon,Le gribouillis du téléphone… semblable à un « christ martien métallique ». Ces trois éléments sont à l’origine de Fantagas, conte où deux assassins aussi séduisants que dangereux se battent sous le regard impuissant du détective Pernot. La chatte de Nine est devenue une femme féline criminelle, le gribouillis un minuscule détective coiffé d’un chapeau melon, et le tire-bouchon s’érige en un splendide immeuble. Attention, les délires de Nine ne font que commencer !
Car le sujet est bien l’imaginaire de Nine. Fantagas n’est pas un polar bien ficelé, mais une succession de scènes drôles et sombres, au graphisme superbe et étonnant. La chatte assassine évolue dans une cité

rétro sur le déclin, où les politiciens sont alcooliques, les hommes et les femmes lubriques. Des figures enfantines se mêlent à cet arrière fond de stupre et de violence. Les maisons prennent des formes de théière, les téléphones parlent, le soleil arbore un sourire et un regard pétillant. De ce mélange des genres résulte un humour jubilatoire. Ainsi, les Renaud se font trancher la tête dès qu’ils mettent le nez dehors. Si les membres de cette famille de coucous meurent à heure fixe, c’est qu’ils habitent une horloge et sortent pousser leur « kiou-kiou » toutes les 60 minutes !
Nine débute l’album avec des aquarelles et le termine sur des pastels veloutés. Son trait semble une caresse qui moule les formes de ses créatures sensuelles et grotesques. La scène finale est magnifique. Les deux assassins s’affrontent dans une lutte empreinte de sexe. Sur un ciel gris-bleu poudreux, les formes charnelles et blanches de la féline tueuse se mêlent à l’ombre flottante de Fantagas le meurtrier. Un magnifique poème graphique, voluptueux et original !

Allison REBER

Fantagas de Carlos Nine, Les Rêveurs, 18 euros.

© Les Rêveurs.

Publiez un commentaire