Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | June 26, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les Royaumes carnivores #1

14 avril 2017 |
SERIE
Les Royaumes carnivores
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
L
PRIX
7.95 €
DATE DE SORTIE
23/03/2017
EAN
2369741783
Achat :

les-royaumes-carnivores-1-caseDans ce monde, les animaux parlent et certaines espèces ont évolué vers la bipédie. C’est le cas des lions, dont la tribu règne sur la savane. Tortionnaires et esclavagistes, ces animaux “royaux” ne considèrent les herbivores que comme de la nourriture, allant jusqu’à les entasser dans un trou pour les faisander vivants. Seules les gazelles de Thomson trouvent grâce à leurs yeux… parce qu’elles auraient mauvais goût ! Elles servent donc le royaume, soumises et humiliées. Ne supportant plus cette cruauté quotidienne, Buena, jeune gazelle, décide de se rebeller. Parvenue à s’enfuir de la cité, elle part en quête d’alliés puissants et prêts à renverser l’ordre établi…

Récit d’une révolte embrasée, Les Royaumes carnivores regorge aussi de pistes de réflexion concernant l’alimentation, la violence inter-espèces ou tout simplement l’organisation des sociétés. Ces lions qui se pavanent avec dédain suggèrent évidemment l’être humain. L’homme face à la viande dont il se nourrit. Le patron dominant face au salarié méprisé, “consommable” et interchangeable. Mettre en scène des animaux crée une distanciation qui permet à l’auteur de présenter des séquences d’une violence extrême – en transposant ce tome dans un contexte humain, nous obtiendrions un genre d’Hokuto no Ken cannibale ! – et d’interpeller le lecteur sur des questions qui paraissent évidentes, tellement chacun est habitué à vivre avec ses acquis. Une société à organisation horizontale est-elle possible ? Peut-on se contenter de ce qu’offre la nature (c’est la recherche d’un plaisir gustatif toujours plus grand qui a mené les lions vers la perversion) ?

Avec son amour pour l’être vivant et ses multiples niveaux de lecture derrière des thématiques faussement naïves, Les Royaumes carnivores rappelle une vision du manga devenue rare : celle d’Osamu Tezuka. Peut-être fallait-il un auteur capable de revenir à une telle bienveillance, dénuée de cynisme – sans cacher l’horreur pour autant. Et d’assumer un récit animalier au trait réaliste ; l’anthropomorphisme des personnages manque parfois d’élégance, certes, mais Yui Hata pose son encre avec tant d’application et de dignité que cela force le respect. Avec trois tomes prévus, espérons une suite et fin tout aussi stimulante.

JASMIN © 2014 by Yui Hata / SHUEISHA Inc.

les-royaumes-carnivores-1-planche

Publiez un commentaire