Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 24, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

L’Exécuteur

8 août 2016 |
SERIE
L'Exécuteur
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
20 €
DATE DE SORTIE
19/05/2016
EAN
B01BM44BB6
Achat :

exécuteurHarry Exton, ancien soldat à la retraite gravement blessé à la main, débarque à l’improviste chez le psychiatre Spalding, tard le soir. Il a besoin d’une consultation express pour soulager sa conscience. Car cet ancien mercenaire a accepté de participer au « Jeu ». Une simple règle : des « Voix » mystérieuses, des donneurs d’ordres, qui parient de fortes sommes sur les « Exécutants », des tueurs aguerris. Libre à eux alors de s’entretuer à l’écart des villes, dans des campagnes reculées, pour le plus grand plaisir des puissants. Mais le jeu en vaut la chandelle : des millions de dollars à la clé si l’on parvient à échapper à la mort… Pris au piège, Exton n’a plus qu’une solution à exploiter…

Refusé par la revue Toxic ! en 1991, puis récupéré par le rédacteur en chef du magazine culte A.D. 2000, L’Exécuteur – le jeu mortel (Button Man en anglais) a failli ne jamais voir le jour. Mais il faut croire que les bonnes histoires passent rarement à travers les mailles du filet. Surtout quand elles sont l’œuvre de talents de la BD. Au scénario, John Wagner (Judge Dredd, A History of Violence…) nous plonge donc dans un jeu macabre, mené par des personnages ô combien retors : Harry Exton, le psychopathe ultra lucide et plein de maîtrise froide qui tue par devoir, le psychiatre L.A. Spalding, voix rassurante et soucieux de la santé mentale de ses patients, et toute cette élite avide de sang, là pour se divertir à grand renfort de dollars. Ce scénario malin, tout en tension, soutenu par une narration vive et sèche, se nourrit d’un excellent découpage et d’une mise en scène purement cinématographique : regards, objets et  silences en disent long, autant que la superbe patte réaliste et sombre d’Arthur Ranson qu’on prend plaisir à (re)découvrir. C’est bien simple, même si les ressorts sont classiques, il n’y a rien à jeter dans ce thriller à l’esthétique lugubre et inquiétante, maîtrisé avec talent jusqu’à la toute dernière page. C’est rare. Encore une bonne pioche pour l’éditeur Delirium.

 

exécuteur2

Publiez un commentaire