Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 10, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Cœur révélateur et autres histoires extraordinaires

28 novembre 2018 |
SERIE
Le Coeur révélateur et autres histoires extraordinaires
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
23 €
DATE DE SORTIE
05/10/2018
EAN
2878272269
Achat :

Tous, sans le savoir, sont leurs propres bourreaux. Dans Le Cœur révélateur, le meurtrier n’a que haine pour le vieux et son œil toujours fermé, avant de sombrer devant trois policiers au sourire macabre… Ailleurs, c’est Wilson qui est obsédé par son double alors que la mort, apparue sous la forme d’un masque étrange, hante la cour d’un puissant prince en proie à la révolte de son peuple. Enfin M. Valdemar, moribond, est sur le point d’être hypnotisé. Acte de guérison ou expérience d’un médecin fou ? M. Valdemar va rester sept mois sous hypnose avant le Grand Réveil…

PlancheA_347377La réédition du Cœur révélateur et autres histoires extraordinaires par Rackham (adaptations de Poe parues chez les Humanoïdes Associés, mais épuisées depuis) marque le début des festivités consacrées à l’auteur argentin culte, Alberto Breccia (L’Eternaute). Chaque récit – cinq ici, réalisés à des périodes différentes – a son ambiance propre et Alberto Breccia, en esthète soucieux du détail, tente par son dessin de restituer toute leur force et de la rendre palpable pour le lecteur. Plus que restituer des images d’ailleurs, l’auteur tente de s’approprier l’esprit des textes d’Edgar Alan Poe afin d’en livrer sa vision. Défi ô combien difficile et rarement réussi mais remporté ici haut la main par Breccia, grâce à ses superbes couleurs directes, n’hésitant pas à varier les compositions, les textures et les matières, entre figuratif tremblant et sfumato. C’est bien l’intérêt de l’album, donner à voir une recherche perfectionniste – qui semble facile chez l’Argentin -– de la bonne grammaire visuelle pour cerner l’insondable. Et tenter de saisir un monde aux frontières de la vie et de la mort, en proie au vide et à une ironie macabre. La rigueur expressionniste et dépouillée du Cœur révélateur fait ainsi écho à l’abondance des rondeurs et des couleurs dans Le Masque de la Mort Rouge. Presque carnavalesques dans William Wilson, délavées dans Le Chat noir, les peintures lorgnent vers le fauvisme ou un expressionnisme échevelé dans La Vérité sur le cas de M. Valdemar, qui se dissipe à l’approche du trépas. Splendides et magnétiques, plus qu’effrayantes aussi, ces courtes adaptations montrent le génie de Breccia dont la science de la composition éclate à chaque page. Pour qui veut pousser l’exploration du travail d’adaptation accompli par l’auteur, un matériel inédit accompagne les récits (études, textes, manuscrit du découpage de La Vérité sur le cas de M. Valdemar). En sélection Patrimoine à Angoulême 2019 !

G_17816_01Capture d’écran 2018-11-26 à 17.07.49

 

Publiez un commentaire