Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Liverfool **

21 décembre 2012 |

picto-critique-V3-2liverfool_couvPar Damien Vanders et Gihef. Emmanuel Proust, 21 €, le 22 novembre 2012.

liverfool_imageLes Beatles ont commencé à Liverpool, tout le monde le sait. Mais on oublie souvent que le démarrage de leur carrière a pris quelques temps, de concerts dans des boîtes de strip-tease aux shows éreintants sur les scènes de Hambourg. Et surtout que c’est Allan Williams qui leur a mis le pied à l’étrier. C’est autour de cet inspiré gérant de club des bords de la Mersey, trop souvent éclipsé par le manager brillant des Fab Four Brian Epstein, que Damien Vanders et Gihef développent un récit plein d’infos intéressantes.

Ils prennent le prétexte d’un groupe de touristes français en goguette qui croisent Williams déambulant dans les rues de Liverpool, attendant de pouvoir conter l’histoire de « celui qui a laissé filé les Beatles » (il en a tiré un livre d’ailleurs), contre quelques livres sterling et pintes de bière. Le bonhomme se met donc à dérouler la création de son café pour la jeunesse Le Jacaranda, la constitution d’un premier groupe avec John Lennon, et la manière dont les Beatles sont vraiment nés. S’il est efficace et didactique, ce choix de mise en scène laisse le lecteur un peu trop distant des événements présentés. Malgré le dessin enfumé et agréable de Damien Vanders (Back to Perdition) et le talent de Gihef (Mister Hollywood) pour les dialogues vivants et sans chichis, on voit défiler ces garçons dans le vent sans vraiment partager leur joies et leurs doutes, ni même ceux de leur apprenti manager, pourtant narrateur principal. Dommage, car il y avait là matière à un récit plus excitant, plus rock’n’roll en tout cas.

Achetez Liverfool sur Fnac.com
Achetez Liverfool sur Amazon.fr
Achetez Liverfool sur BDFugue.com

Publiez un commentaire