Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

20 Comments

Margaux Motin, blogueuse glamour et provoc’

17 décembre 2008 |

margaux_mere.jpgOn l’appelle un matin à 11h, « l’heure du coup de pompe », où elle avoue dire et faire n’importe quoi. Margaux Motin, 30 ans, parviendra toutefois à nous raconter suffisamment clairement son parcours et la genèse de son blog. Un espace virtuel cocasse, plutôt girly mais aussi accessible aux mâles, où elle livre des extraits de sa vie.

La jeune illustratrice y lâche son astuce pour que son mari zappe une émission de foot (elle fantasme sur Lizarazu à voix haute), ou dessine une scène de pleurs quand elle se vautre à vélo et fait tomber son Elle dans une flaque. D’un trait élancé, elle se représente en train d’apprendre des insultes en italien avant de partir visiter la Botte. Ou se montre en plein soutien psychologique à une amie qui crise – à cause d’un balayage raté.

Ses notes deviennent hilarantes quand elle y glisse sa fille de trois ans, notamment lorsque celle-ci lui rappelle en public ses flatulences… Le contraste entre le coup de crayon de la dessinatrice, très élégant, et les scènes embarrassantes qu’elle détaille crée alors un délicieux décalage. Entretien pétillant avec une blogueuse qui ne l’est pas moins.

Quel a été votre parcours ?
Originaire de la Manche, je vis à Paris depuis que j’ai huit ans. J’y ai passé un bac L option arts plastiques – je me suis d’ailleurs pris une tôle à l’examen, j’ai eu une sale note dans cette matière ! Ensuite, j’ai fait un BTS en communication visuelle et enchaîné sur des trucs merveilleux : des jobs de vendeuse ou de serveuse! J’avais 20 ans et ne me sentais pas prête à vivre de mon art. Mon coup de crayon était aléatoire, je n’étais pas assez mûre. Et je n’avais pas envie de me frotter aux critiques, à la réalité du métier. Je ne savais qu’une chose : plus tard, je voulais dessiner. Mais je ne savais pas comment matérialiser cela.

margaux_rome.jpgComment êtes-vous passée à l’acte ?
Ma petite sœur lisait Muteen, un magazine pour ados assez génial. Il y a six ans, j’ai décidé de me lancer. J’avais gribouillé quelques chroniques, pour avoir quelque chose à montrer. Je les ai bien rangées dans un carton, en ajoutant des truffes au chocolat maison et une lettre de motivation, dans laquelle je menaçais les destinataires de leur envoyer des boules puantes en cas de réponse négative. J’ai déposé le paquet au journal et je suis partie en courant. Vingt minutes plus tard, les rédactrices en chef me rappelaient pour me proposer du travail. Ensuite, j’ai bossé pour la presse parisienne branchée. Mais le démarrage a été hyper long. Tous les trois mois, j’expédiais à tous les magazines et aux directeurs artistiques des maisons d’édition de grandes affiches regroupant quelques-uns de mes dessins. Petit à petit, j’ai eu des contrats dans la pub, j’ai fait des illustrations de bouquins… J’en vis depuis cinq ans, aujourd’hui plutôt confortablement.

margaux_prout1.jpgmargaux_prout2.jpgPourquoi avoir créé un blog en mars 2008 ?
Ce fut plus un besoin qu’une envie. Il me fallait une vitrine, un outil économique remplaçant les books papier que j’amenais chez mes clients. Au départ, je souhaitais y classer mes dessins par catégorie. Puis les billets se sont succédé. Travaillant seule chez moi, plutôt isolée, je trouvais agréable d’avoir des retours directs de lecteurs.

Quel but visez-vous à travers vos notes ?
Il est très simple : faire sourire ou marrer les gens. Faire l’effet d’un petit bonbon.

margaux_foot.jpgVous inspirez-vous toujours de votre quotidien ?
Ce que je raconte est basé sur une histoire vraie, vécue par moi ou une amie. Mais on est loin du journal intime : je scénarise les choses pour accentuer l’effet comique. Je fais tout lire à mon mari avant publication, il forme un petit comité de censure à lui tout seul. Et puis, si je raconte ma vie privée, c’est parce que je n’ai rien d’autre à raconter ! Je n’ai pas l’existence palpitante d’une femme qui prend le métro tous les jours et déjeune avec plein de gens différents… Moi, je dépose ma progéniture à l’école le matin, puis je rentre travailler chez moi toute la journée !

Comment dessinez-vous ?
Chez moi, des feuilles et des carnets traînent dans toutes les pièces. J’y note ce qui me passe par la tête, des phrases drôles de ma fille… Je dessine sur du papier, ensuite je scanne les crayonnés et les refais au propre à la palette graphique. Pour la mise en couleurs, j’utilise Photoshop.

N’êtes-vous pas agacée de voir votre site classé d’office dans la catégorie « blog de filles », avec celui de Pénélope Bagieu par exemple ?
Non, pas du tout. J’assume très bien ce côté-là. Je suis un peu pouffe, comme beaucoup de filles ! Je milite pour que tout le monde sache que l’on peut être intelligente, et parfois très conne. Et puis j’ai envie d’aborder des choses légères en ligne, pas de parler de politique.

Quel lien avez-vous avec la bande dessinée ?
Très peu. Mon blog ne comporte pas de cases, et je ne connais pas grand chose à cet art, même si j’ai lu quelques classiques, comme l’œuvre de Claire Bretécher. J’ai emprunté ce mode d’expression par hasard, en partant d’une illustration solitaire et en l’enrichissant pour étirer mon propos.margaux_theiere.jpg

Avez-vous été contactée par des éditeurs ?
Oui. Une adaptation de mon blog en album est en projet, pour courant 2009. Mais rien n’est encore signé.

Collectionnez-vous vraiment les théières ?
Oui, et aussi les éditions d’Alice au pays des merveilles. Tout le monde a le droit d’avoir des failles !

Propos recueillis par Laurence Le Saux

Images © Margaux Motin

Commentaires

  1. Isa

    ah woué classe comme blog Margaux Motin :-)

  2. Isa

    ah woué classe comme blog Margaux Motin :-)

  3. Loefromparis

    Waouh, un article où l’on en apprend plus sur les « tares » de Gomar!!!!!

    Excellent!!!

  4. Loefromparis

    Waouh, un article où l’on en apprend plus sur les « tares » de Gomar!!!!!

    Excellent!!!

  5. Elle déchire sa race, Gomar!

    Quoi? Elle parle comme ça hein!

    Ce que j’adore, c’est que dans les tags, à chaque fois qu’on parle d’elle, il y a Pénélope « Jolicœur » juste à côté! … De là à dire que Gomar copie, y’a qu’un pas! …

    Roh j’déconne… j’ai bien vu l’interview sur Dailymotion… 😛

    Bref, j’te kiffe Gomar 😀

  6. Elle déchire sa race, Gomar!

    Quoi? Elle parle comme ça hein!

    Ce que j’adore, c’est que dans les tags, à chaque fois qu’on parle d’elle, il y a Pénélope « Jolicœur » juste à côté! … De là à dire que Gomar copie, y’a qu’un pas! …

    Roh j’déconne… j’ai bien vu l’interview sur Dailymotion… 😛

    Bref, j’te kiffe Gomar 😀

  7. J’adore, j’adore lire ses petits bouts de vie qui me font à chaque fois rire, et qui sont d’une simplicié… C’est ça qui les rends unique. Franchement je surkiiiif, je suis fan de toi Margaux Motin !!!! :)
    Bises.

  8. J’adore, j’adore lire ses petits bouts de vie qui me font à chaque fois rire, et qui sont d’une simplicié… C’est ça qui les rends unique. Franchement je surkiiiif, je suis fan de toi Margaux Motin !!!! :)
    Bises.

  9. Elise

    Ouiii, il est trop bien !
    Et la déscription du blog est très bien faite .
    C’est vraiment ca qu’on aime, ce jolie contraste  » entre le coup de crayon de la dessinatrice, très élégant, et les scènes embarrassantes qu’elle détaille  » .

    Bisouuuuuu’

  10. Elise

    Ouiii, il est trop bien !
    Et la déscription du blog est très bien faite .
    C’est vraiment ca qu’on aime, ce jolie contraste  » entre le coup de crayon de la dessinatrice, très élégant, et les scènes embarrassantes qu’elle détaille  » .

    Bisouuuuuu’

Publiez un commentaire