Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Michel Plessix est mort

22 août 2017 |

Michel-Plessix_photoL’auteur de bandes dessinées Michel Plessix est décédé le 21 août d’une crise cardiaque. Il avait 57 ans.

Né à Saint-Malo en 1959, Michel Plessix démarre dans le dessin à Rennes, en réalisant notamment des affiches et des plaquettes de communication. Après une collaboration sur l’histoire de la Bretagne, il coscénarise Mark Jones avec Jean-Luc Hiette (magazine Frilouz puis éditions Souny). En 1988, il signe son premier album solo : La Déesse aux yeux de jade, chez Milan, qui sera réédité cinq ans plus tard chez Delcourt.

C’est en effet cet éditeur, encore en phase de décollage, qui lui permet de prendre son envol en tant qu’auteur. Avec d’abord Julien Boisvert, coscénarisée avec Dieter et colorisée avec Isabelle Rabarot, Michel Plessix développe sur quatre tomes (de 1989 à 1995) une saga attachante, aussi palpitante qu’humaine. Puis, il se lance seul dans l’adaptation du roman de Kenneth Grahame, Le Vent dans les saules. Après quatre tomes plébiscités par la critique et le public (labellisée jeunesse, la série est vraiment tout public), dans lesquels il a peaufiné un style animalier léché et doux, Michel Plessix imagine une suite à cette aventure, avec Le Vent dans les sables (cinq tomes de 2005 à 2013).

Chez Dargaud, il a scénarisé deux volumes de Les Forell pour Bruno Bazile, ainsi que deux digressions autour de La Famille Passiflore de Loïc Jouanigot (Mélodie potagère). Enfin, il a publié l’automne dernier, avec Frank Le Gall, un joli conte oriental chez Casterman : Là où vont les fourmis.

Michel-Plessix_couv

Lauréat du prix du public à Angoulême en 2000 pour Le Vent dans les saules, le dessinateur malouin s’était vu attribuer l’an dernier le Prix de l’affiche du festival Quai des bulles de Saint-Malo, un « rêve » pour lui. Il avait donc pour mission de réaliser l’affiche de l’édition de cette année (voir ci-dessous). Il est décédé, d’une crise cardiaque, deux mois avant l’événement qui aurait consacré une riche carrière de 30 ans de BD.

plessix-quai-des-bulles2017

Commentaires

  1. crisostome

    Encore un très grand artiste qui disparaît
    La poésie et l’humilité qui le caractérisait était un trait commun à d’autres dessinateurs qui ont disparus et qui feront partie à jamais de mon panthéon artistique : Michel Crespin, Arno, Moebius et maintenant michel Plessix !
    Les grands Bédéistes sont rares et leurs œuvres immortelles !

Publiez un commentaire