Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Prokon

17 juillet 2014 |
SERIE
Prokon
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
13 €
DATE DE SORTIE
17/07/2014
EAN
2916383441
Achat :

Bienvenue à Prokon, royaume de PROduction et de KONsommation, ville heureuse où chacun peut consommer à l’envi. Le chômage n’y existe pas, les produits sont séduisants, les gens sont beaux… Bref, le bonheur à l’état pur encapsulé dans un Eden capitaliste. Oui mais voilà, dans une forêt lointaine, le fou et mégalo docteur Dracenstein a prévu d’en faire table rase grâce à un fluide révolutionnaire. Son objectif, semer le chaos pour sauver Prokon…

prokon-361-723x1024Publié en 1971, cette bande dessinée signée du norvégien Peter Haars est pour la première fois traduite en français chez l’éditeur Matière. Magnifique initiative car rares sont ceux à l’avoir déjà lu. Dans ce pamphlet contre la société de consommation, Peter Haars singe le récit de super-héros et raille le capitalisme en brassant les formes. Utilisant les codes de la publicité, il revisite à sa manière le Pop Art de Roy Lichtenstein. L’idée ici : entrer naïvement dans le système pour mieux le faire exploser. Du coup, le ton, évidemment sarcastique, embraye d’abord sur le mode du nanar à l’innocence béate : « Nous produisons nos propres besoins : nous formons une grande famille heureuse dans une société libre ». Avant de jouer la partition du comics de super-héros toujours plus loufoque.

La forme, une esthétique subversive débordante d’énergie qui interroge la place et le statut de l’image, fourmille d’inventivité grâce à des assemblages/collages percutants : onomatopées criardes, slogans outranciers, typographie dépouillée, gros plans et trames foncées se répondent pour célébrer la vanité d’un monde voué à disparaître, tandis que cadrages et perspectives achèvent de donner le tournis. « Les ménagères, les cadres, les jeunes », pantins sans vie d’un système ventriloque, offrant alors un modèle unique et normé, celle d’une perfection de comptoir. Car Peter Haars a bien compris que c’est en mimant la beauté et l’affichage publicitaire qu’on en révèle tout le ridicule. Intelligente fable caustique, Prokon est donc le genre de trésor caché à lire de toute urgence, avant l’avènement du chaos…

 

Publiez un commentaire